Passer au contenu principal

Le Mont citoyen s’installe malgré la victoire du PLR

Si Laurence Muller Achatri a été élue à la Municipalité ce week-end, les urnes ont surtout révélé le poids de la partie adverse.

Le test électoral de dimanche, au Mont, confirme la position du PLR mais conforte les ambitions du Mont citoyen.
Le test électoral de dimanche, au Mont, confirme la position du PLR mais conforte les ambitions du Mont citoyen.
Chris Blaser - Archive

Certaines défaites donnent le sourire. C’est en tout cas le constat qui ressort de l’élection complémentaire de ce dimanche à la Municipalité du Mont-sur-Lausanne. Si la candidate libérale-radicale, Laurence Muller Achtari, faisait figure de favorite, son concurrent n’a pas démérité. En réunissant 45% des suffrages exprimés, la candidature de Jean-Marie Urfer a montré que Le Mont citoyen s’est installé dans la commune. De quoi envisager une bataille en règle pour les communales de 2021.

«On peut espérer un second siège»

«Jean-Marie Urfer a fait un bon score, qui montre qu’une complémentaire était un pari risqué.» La réaction de Laurence Muller Achtari, élue ce dimanche, montre une certaine surprise. Le PLR, parti traditionnellement bien représenté dans la commune, devait repourvoir le siège de son municipal démissionnaire. Dans le camp adverse, on reconnaît même que la personnalité libérale-radicale était «la meilleure candidate possible». Mais, avec quelque 170 voix d’écart entre les deux candidats, cette élection n’était pas jouée d’avance pour le PLR.

Si Le Mont citoyen voulait avant tout éviter une élection tacite du PLR, force est de constater que le groupe a fait mieux que cela. Le test que représentait cette élection confirme que les ambitions peuvent être revues à la hausse pour le groupe politique né en 2016 en plaçant d’entrée de jeu son candidat à la Municipalité. «On voit que les gens sont prêts à nous suivre et on peut espérer un second siège», calcule Yolanda Müller Chabloz, présidente du Mont citoyen.

La campagne a d’ailleurs confirmé que la proportionnelle, introduite lors des dernières élections communales, avait tendu le débat. Dans le camp PLR, il a fallu se mobiliser. Laurence Muller Achtari indique avoir participé à une vingtaine de réunions électorales en un mois.

«Ils ont une faculté à mobiliser les gens, on peine encore à suivre le rythme»

Président du groupe, Daniel Besson semble reprendre son souffle face à l’énergie de ses adversaires: «Ils ont une faculté à mobiliser les gens, on peine encore à suivre le rythme.» S’il relativise le score du Mont citoyen en constatant que le rapport est «du même ordre qu’en 2016», il constate qu’une campagne électorale au Mont-sur-Lausanne devient une «lutte difficile».

Il semble d’ailleurs qu’elle l’ait été au-delà des espérances. Le PLR regrette le ton de certaines attaques personnelles colportées sur les réseaux sociaux. En retour, le parti bourgeois a eu l’occasion de souligner le soutien que Le Mont citoyen a reçu du Parti socialiste. «Ça a été une vraie campagne avec des débats d’idées, commente le candidat Jean-Marie Urfer. Après, découvrir que Le Mont citoyen a des idées proches du PS, ce n’est pas une énorme surprise.»

En observateur, le groupe de l’Entente montaine – qui se veut non partisan – note la montée en intensité des débats, et son implication pour les prochaines élections. «Cette opposition entre le PLR et Le Mont citoyen prend beaucoup de place et on pourrait même imaginer qu’ils se partagent la Municipalité», observe Antoine Chamot, président de l’Entente.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.