Passer au contenu principal

La Muni lausannoise ne convainc pas au sujet des cortèges de supporters

Les élus lausannois ont refusé la copie des autorités qui déclaraient que les supporters allaient continuer d'être accompagnés au stade à pied, et pas en bus.

Les supporters sont encadrés par la police entre la gare et le stade.
Les supporters sont encadrés par la police entre la gare et le stade.
Chris Blaser

Comment assurer le transfert gare-stade des adversaires du LS lorsqu'ils viennent à Lausanne? En bus, propose le socialiste Louis Dana. A pied, en tout cas pour le moment, répondent les autorités lausannoises.

Celles-ci n'ont cependant pas convaincu la majorité des élus, mardi soir au Conseil communal. Ils ont refusé le préavis émanant des services du municipal Pierre-Antoine Hildbrand.

Le libéral-radical expliquait dans sa réponse à l'idée de Louis Dana que «toute réflexion devrait être portée à un niveau cantonal et national, car seule, la Ville de Lausanne ne pourra pas faire figure d’exception dans ce contexte sans se heurter à des clubs de supporters qui ne respecteraient pas la philosophie mise en place».

La réponse ne donnait par ailleurs pas d'indication sur la différence de coûts qui existe entre les deux systèmes. Le municipal a expliqué que «l'usage est de ne pas rendre publics ces coûts liés à l'obligation légale de maintien de l’ordre. Et il est coutume de ne pas facturer ces coûts à des organisateurs qui ne maîtrisent souvent pas» le nombre de manifestants et les éventuels dégâts qu'ils engendrent.

Louis Dana estime de son côté que son idée n'est certes «pas la panacée et pas ce qui va arrêter le hooliganisme. Mais c’est une solution qui permet aux communes et aux cantons de faire face à un problème récurrent et à un législateur fédéral qui depuis vingt-cinq ans ne fait pas son travail en regard de la lutte contre le hooliganisme.» Il conteste aussi que Lausanne soit seule dans ce test d'acheminer les supporters en bus, puisque «cette solution existe dans d’autres villes, à Zurich et à Lucerne».

Il a été appuyé par le Vert Xavier Company, fan du LS, malgré un boycott dû au propriétaire actuel du club. L'élu a notamment souligné que ce ne sont «pas les clubs ou supporters qui payent. Mais notre ville. Et c’est Ineos qui récupère les billets d’entrée. Ces cortèges ne sont pas une manifestation ordinaire car ces gens ont pour but de se soustraire à l’autorité. Ils ne représentent pas la fête qu’est le foot, pas le foot, pas les supporters. Ils ternissent l’image du football.»

Les cortèges de supporters ne font en effet jamais l'objet d'une autorisation de manifester, à l'inverse de tout autre cortège dans les rues de Lausanne. De plus, les supporters ne donnent jamais de personne qui pourrait être contactée en cas de problème.

Bus pas moins dangereux

Mais Louis Dana se trompe, estime Nicola Di Giulio (PLC), policier à Lausanne qui participe parfois à l'encadrement des cortèges. Pour lui, l'élu socialiste ne prend notamment pas en compte les potentiels dangers qui existeraient dans un bus plein de supporters. Via l'utilisation de fumigènes, par exemple.

Le libéral-radical Stéphane Wyssa s'est lui aussi opposé au transfert des adversaires en bus. Notamment en soulignant qu'aucun transporteur n'était pour l'heure disposé à prendre en charge ces voyageurs particuliers. Il dit aussi être convaincu par un argument des autorités: le voyage à pied jusqu'au stade «a l'avantage de fatiguer les supporters avant le match».

Son collègue de parti, Guy Gaudard, s'est lui souvenu d'une idée évoquée par le PLR il y a quelques années: faire en sorte qu'un arrêt du futur M3 soit directement dans le stade de la Tuilière. Une idée qui a semblé trouver son public auprès de plusieurs élus.

A l'issue du débat, les conseillers communaux ont décidé, par 37 non, 24 oui et 19 abstentions, de ne pas accepter le préavis de la Municipalité. La perspective que la Ville accepte au minimum de tester l'option du transfert par bus l'a emporté. Mais aucune garantie que cela sera fait n'a été formulée.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.