Municipalité et bistrots s’attablent autour des terrasses

LausanneLa future réglementation provoque un face-à-face entre GastroLausanne et Pierre-Antoine Hildbrand.

Les terrasses lausannoises devraient à l'avenir éviter les matériaux plastiques, mais aussi les parasols publicitaires, ainsi que les podiums et les parois qui les séparent de l'espace public.

Les terrasses lausannoises devraient à l'avenir éviter les matériaux plastiques, mais aussi les parasols publicitaires, ainsi que les podiums et les parois qui les séparent de l'espace public. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Municipalité de Lausanne compte imposer aux bistrots des critères esthétiques pour les terrasses installées sur le domaine public. Si cette politique est encore en cours d’élaboration, certains établissements en ont déjà fait les frais. Une situation de crise qui a conduit l’association faîtière Gastro­Lausanne à une rencontre avec le municipal Pierre-Antoine Hildbrand, chargé de l’Économie. Les deux parties affirment leur intention de collaborer et les restaurateurs seront consultés après la rédaction des futures directives municipales. Mais les points de friction demeurent.

«On veut tous que Lausanne soit la plus jolie possible, mais on doit s’assurer de la viabilité économique des établissements», résume Susan Sax, à la fois présidente de GastroLausanne et vice-présidente du PLR Lausanne. Au terme d’une séance qui a réuni une trentaine de restaurateurs face au municipal (lui aussi PLR), les professionnels semblent se résoudre à la suppression des parasols publicitaires, ainsi que des chaises et tables de terrasses en plastique.

«Entre 2014 et 2018, la surface des terrasses autorisées sur le domaine public a augmenté de presque 25%»

Mais c’est à peu près la seule concession, et les deux parties s’acheminent vers des négociations qui porteront notamment sur des questions financières. En résumé, si la Ville veut exiger de ses bistrots des terrasses au mobilier chic et de couleur unie, il va falloir compenser les charges que cela représente pour les restaurateurs. Une demande d’autant plus pressante que la branche s’attend à un ralentissement des affaires en raison des gros chantiers à venir (gare de Lausanne et construction des axes forts de transports publics). GastroLausanne entend également défendre le droit des exploitants à conserver une liberté des choix esthétiques pour leur terrasse.

Face à un municipal décidé à donner une certaine unité aux terrasses – il se défend toutefois de vouloir les uniformiser –, GastroLausanne rétorque enfin que seules 196 terrasses sont concernées par le projet, sur un total proche de 500. De son côté, Pierre-Antoine Hildbrand démontre que la volonté politique de développer les terrasses est un fait. «Entre 2014 et 2018, la surface des terrasses autorisées sur le domaine public a augmenté de presque 25%.»

Créé: 01.05.2019, 21h14

Articles en relation

Lausanne ne veut pas de n’importe quel mobilier sur les terrasses des bistrots

Lausanne Parmi d’autres mesures, la Ville n’acceptera plus les chaises en plastique. Les patrons montent au créneau. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.