La Municipalité de Lausanne défend sa police

VaudLes autorités estiment que les arrestations du 25 juillet à l'encontre des manifestants pour le climat ne sont pas disproportionnées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cela aurait dû être un des grands sujets de discussion de la rentrée politique lausannoise. Mais ce sera finalement une thématique d’automne. Au sortir de l’été, des interpellations avaient été déposées qui demandaient aux autorités de clarifier les agissements de la police de Lausanne à l’égard de manifestants pour le climat. Celles-ci ont pris tout le temps que le règlement autorise pour élaborer leurs réponses.

Elles concernent deux interpellations distinctes. La première, signée Laura Manzoni (POP) et consorts, s’arrête sur l’occupation, le 15 mars dernier, du bâtiment de Retraites Populaires, qui a conduit un mineur au tribunal. La seconde, concoctée par le Vert Xavier Company et consorts, porte sur les arrestations pratiquées lors de l’action d’Extinction Rebellion, le 25 juillet dernier, à l’avenue Benjamin-Constant.

«J’assume le travail de la police»

Les policiers lausannois sont notamment accusés d’avoir agi de façon disproportionnée. Par exemple en arrêtant, détenant et fouillant certains activistes. Les forces de l’ordre sont aussi accusées d’avoir demandé des prélèvements d’ADN à certains d’entre eux.

La réponse apportée, univoque, se résume ainsi, selon Pierre-Antoine Hildbrand, municipal en charge de la Police: «J’assume le travail de la police, qui a été excellent.» Il souligne qu’il ne parle pas seulement en son nom mais que les réponses aux interpellations sont portées par toute la Municipalité de Lausanne.

Celle-ci écrit d’ailleurs qu’«elle ne saurait faire sienne des actions, bien que pacifiques, qui visent à entraver durablement le bon fonctionnement de la ville en matière de réseau de bus ou de trafic notamment et qui ont pour effet de léser les intérêts d’une large partie de la population».

Les secours entravés

Pierre-Antoine Hildbrand indique que la coupure de tronçons routiers pose en outre des problèmes aux véhicules de secours. «Nous voulons rendre attentif au fait que pendant les blocages, il se passe d’autres événements en ville.»

Plus généralement, les autorités prennent leur distance avec le mouvement. «La Municipalité doute également, sur le plan politique, de l’efficacité des actions engagées par le mouvement Extinction Rebellion.» Pour elle, «l’énorme succès» de la manifestation du week-end dernier à Berne en comparaison à «l’affluence relative» des actions de Lausanne est la preuve «que la population, y compris auprès de celles et ceux qui sont parmi les plus engagés, se reconnaît beaucoup plus dans un mouvement s’inscrivant dans le respect de la légalité que dans des actions «coup de poing» […].»

Sur les points précis, les autorités lausannoises rejettent l’idée que la police n’aurait pas agi en proportionnalité. Elle récuse aussi, comme la police l’avait déjà fait, la rumeur qui disait que des tests ADN avaient été demandés. «La situation ne l’aurait pas autorisé, l’infraction ne relevant pas du domaine pénal mais du règlement général de police», dit la réponse écrite.

Une semaine d'actions à venir

Enfin, les autorités confirment que ce sont les annonces publiques d’Extinction Rebellion selon lesquelles le mouvement compte répéter les actions de blocage qui ont aussi poussé la police à agir pour stopper ces agissements.

Mardi soir, les élus auront probablement beaucoup à dire sur le sujet. Quant aux actions, elles pourraient reprendre tout prochainement. Extinction Rebellion annonce en effet une semaine de désobéissance civile dans le monde entier, dès lundi.

Créé: 04.10.2019, 20h33

Articles en relation

Extinction Rebellion accuse la police d’avoir voulu humilier et intimider

Lausanne Des activistes écologistes emmenés au poste disent avoir subi des traitements «excessifs». Plus...

La Grève du Climat bascule dans la désobéissance civile

Activisme Déçu par le politique, le mouvement hausse le ton et annonce un changement de cap. Il suit la voie d'Extinction Rebellion. Plus...

«Quand 5000 jeunes se font arrêter, on change les lois»

Sommet pour le climat Figure d’Extinction Rebellion, Roger Hallam était au sommet Smile For Future. Pour sauver la planète, il plaide la désobéissance. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.