Le Musée Bolo, un poids ou un besoin pour Bussigny?

VotationLe référendum du 23 septembre scellera le destin d’un projet de centre muséo-culturel dédié au numérique. Débat.

Deux élus communaux confrontent leurs arguments: Patricia Spack Isenrich défend le oui, Jacques Miauton plaide pour le non.

Deux élus communaux confrontent leurs arguments: Patricia Spack Isenrich défend le oui, Jacques Miauton plaide pour le non. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 23 septembre prochain, Bussigny votera sur l’avenir d’un projet inédit: créer un complexe comprenant un restaurant, une salle polyvalente et un bâtiment où s’installerait le Musée Bolo. Les coûts de construction seraient partagés entre le musée et la Commune, pour 7 millions de francs chacun.

En mai dernier, le Conseil communal a voté l’octroi de 322'000 francs pour l’organisation d’un concours d’architecture. C’est cette décision qui est attaquée par référendum. Si le oui l’emporte, cette première demande de crédit sera validée. Si c’est non, le centre muséo-culturel encaissera un désaveu. Deux élus communaux engagés dans la campagne font valoir leurs arguments: Patricia Spack Isenrich pour le oui, et Jacques Miauton pour le non.

La Ville n’a pas de lieu culturel de cette ampleur. Le temps était venu pour un tel projet?

Patricia Spack Isenrich Oui. D’abord, parce qu’un quartier de près de 2800 habitants est en train de se construire à cet endroit. C’est aujourd’hui que la Commune doit réfléchir à la manière d’animer la vie locale, permettre le vivre-ensemble et intégrer les nouveaux habitants. Avec un restaurant, une salle de spectacle et un musée, ce projet a plusieurs facettes qui se complètent bien.

Jacques Miauton Sur l’idée que Bussigny manque de lieux culturels, nous ne sommes pas tout à fait d’accord, car la ville a déjà un certain nombre de salles pour accueillir des activités. Mais le problème est surtout celui des incertitudes qui planent sur la Commune sur le plan financier. La RIE III aura un impact négatif sur les communes et Bussigny s’apprête à perdre un gros contribuable. Tout cela alors que nous allons au-devant d’investissements importants. Ce projet est prématuré.

Cet investissement est-il raisonnable?

P.SI. La situation n’est pas aussi catastrophique que le disent les opposants au projet. Pour Bussigny, la rétrocession du Canton dans le cadre de la RIE III représentera 710 000 francs de compensation en 2019. Certes, des entreprises partent, mais on apprend que d’autres vont arriver avec la construction prochaine d’un centre d’affaires. La Ville doit investir pour des habitants qui ne sont pas encore là. Mais ce sont près de 2800 contribuables qui vont s’installer à terme, notamment dans des villas situées au nord, avec à la clé des rentrées fiscales qui permettront cet investissement.

J.M. Dans le cas d’un autre quartier, les comptes communaux ont montré que les habitants qui sont arrivés n’ont pas amené autant de revenus que prévu. Mais le projet va aussi entraîner des pertes pour la Ville. Elle ne percevra pas de loyer pour le terrain mis à disposition du musée et elle devra aussi lui verser 2 francs par habitant et par an. Cela fait environ 100'000 francs par année. En plus, elle cautionnera son exploitation pour 30'000 francs par an sur trois ans. Et enfin, il faudra financer un poste d’animation pour 100'000 francs par an.

P.SI. Il ne faut pas oublier que la Commune ne peut pas tirer de bénéfice de ce terrain, qu’il y ait ou non ce centre muséo-culturel, car il s’agit d’une zone d’utilité publique. Le restaurant devrait apporter un loyer de 35 000 francs et pour ce qui est de la création d’un poste à plein temps, elle doit être mise en relation avec les 65 autres postes communaux existants.

Une commune en croissance peut-elle se passer de nouveaux lieux culturels?

J.M. J’ai un peu de peine avec l’idée de faire de la culture pour la culture. On parle de lutter contre l’effet cité-dortoir, mais je doute qu’un musée puisse éviter cela. Il faut mettre de l’argent dans ce qui existe déjà. Les sociétés locales vont sans doute se renforcer en accueillant de nouveaux participants. C’est vrai qu’à l’heure actuelle, les salles sont toujours pleines quand des activités sont organisées, mais si on fait le compte, il n’y a que trois sociétés locales qui se disent à l’étroit.

Le concept du musée est dans l’air du temps. Va-t-il trouver son public à Bussigny?

P.SI. Il le trouvera à Bussigny, mais aussi aux alentours. Le numérique est un thème qui touche tout le monde et le futur musée ne sera pas simplement une collection de vieux ordinateurs. Son concept ira plus loin en abordant l’histoire, mais aussi l’avenir du numérique. Je pense surtout qu’on ne peut pas se passer d’une institution culturelle dans le quartier qui est en train de se construire. Et l’enjeu ne se limite pas au musée. Des salles de 80 à 100 places dans l’Ouest lausannois sont peu répandues et celles de Bussigny ne sont pas correctement équipées. L’acoustique est insatisfaisante et les sociétés locales ne peuvent pas y ranger leur matériel de sonorisation.

J.M. Je n’ai pas de problème avec le concept du musée. Il est excellent, mais sa place n’est pas à Bussigny. Elle est quelque part à l’EPFL. J’ai du mal à imaginer que l’on transplante ailleurs ce musée qui s’est créé sur le campus. J’ai peur qu’à Bussigny le musée peine à se remplir une fois que les écoles en auront fait le tour. (24 heures)

Créé: 14.09.2018, 08h21

Articles en relation

Le Musée Bolo fera face au référendum

Bussigny La récolte de signatures a été fructueuse pour les opposants au projet muséo-culturel. Le scrutin se tiendra le 23 septembre. Plus...

Un référendum menace l'avenir du Musée Bolo

Ouest lausannois La récolte de signatures démarrée lundi à Bussigny conteste la création du centre muséo-culturel prévu pour 2021. Plus...

Bussigny donne sa chance au Musée Bolo

Culture À une voix près, le Conseil communal a adopté un premier préavis en vue de doter la Ville d’un centre muséo-culturel. Les débats ont été nourris. Plus...

Bussigny veut un musée de l’ère numérique

Culture Un complexe culturel à 14 millions pourrait accueillir le Musée Bolo. Marc Atallah, de la Maison d’Ailleurs, en a imaginé le concept. Plus...

Afin de valoriser le patrimoine informatique

Les invités Isaac Pante et David Javet, membres du UNIL GameLab, soutiennent le Musée Bolo. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...