Passer au contenu principal

Le mystère de la connexion de nos neurones se dissipe

L’EPFL annonce une découverte importante pour la compréhension du fonctionnement de notre cerveau.

L’étude de l'EPFL visait à établir le rôle d’une protéine dans la constitution des connexions entre des neurones qui participent au système auditif du cerveau. Lorsque cette protéine est active, le neurone est englobé presque pour moitié par une synapse géante (à gauche, en vert). Mais, lorsque cette même protéine n’est pas opérante, ce sont plusieurs synapses plus petites qui se développent (à droite, en violet et bleu).
L’étude de l'EPFL visait à établir le rôle d’une protéine dans la constitution des connexions entre des neurones qui participent au système auditif du cerveau. Lorsque cette protéine est active, le neurone est englobé presque pour moitié par une synapse géante (à gauche, en vert). Mais, lorsque cette même protéine n’est pas opérante, ce sont plusieurs synapses plus petites qui se développent (à droite, en violet et bleu).
EPFL

Imaginez-vous dans une des cantines de l’EPFL, où bruissent les conversations. Soudain, un mot se détache et retient votre attention: «synapse». Tout naturellement, vous vous demandez à quelle table ce terme plutôt mystérieux a été prononcé et la localisez instinctivement, malgré le brouhaha.

Si la curiosité vous pousse à rejoindre cette table, il y a quelques chances pour que vous y rencontriez Ralf Schneggenburger, 48 ans, professeur du Brain Mind Institut et directeur du Laboratoire de mécanismes synaptiques de l’EPFL, qui a beaucoup travaillé sur ce phénomène de localisation auditive. Il sera sans doute en compagnie de Le Xiao, une jeune chercheuse chinoise, et d’autres membres de son équipe. Ils viennent de communiquer une découverte qui aide à comprendre comment 100 milliards de neurones se mettent à «parler» entre eux quand notre cerveau se constitue.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.