Nestlé jugé pour le mobbing d’une ex-cadre

JusticeYasmine Motarjemi dénonce aussi des défaillances en matière de sécurité alimentaire au sein de la multinationale. Elle réclame 2,1 millions de francs.

Yasmine Motarjemi était responsable de la sécurité alimentaire chez Nestlé, à Vevey.

Yasmine Motarjemi était responsable de la sécurité alimentaire chez Nestlé, à Vevey. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle s’est présentée les traits tirés et la voix tremblotante, mardi, devant le Tribunal d’arrondissement de Lausanne. Le souvenir des humiliations que Yasmine Motarjemi dit avoir subies en tant qu’ex-responsable de la sécurité alimentaire de Nestlé est encore vif dans son esprit. En décembre 2011, un an après avoir été licenciée, elle déposait une plainte civile pour harcèlement moral et psychologique contre la multinationale basée à Vevey. Elle dénonce aussi les dysfonctionnements dans la gestion de la sécurité alimentaire qu’elle a observés pendant dix ans à son poste.

Descente aux enfers

Ancienne experte de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) jouissant d’une réputation internationale, Yasmine Motarjemi est débauchée par Nestlé en 2000. La descente aux enfers s’amorce en 2006 après l’arrivée de son nouveau supérieur, R.S. «Il a commencé à me mettre des bâtons dans les roues, à bloquer mes activités.» Peu à peu, elle est dépouillée de ses responsabilités, n’est plus invitée à des réunions, son équipe est démantelée. Tout a été fait, dit-elle, pour la dévaloriser, pour saper la qualité de son travail et la pousser à la faute. «A l’OMS, j’ai conseillé des ministres et des gouvernements, et là, on me traitait comme une enfant.»

A plusieurs reprises, Yasmine Motarjemi et R.S. s’opposent sur des questions de sécurité alimentaire. Le second ne cacherait pas le peu d’estime qu’il porte aux personnes issues de l’OMS. En 2008, il ignore une note de sa subordonnée concernant l’étiquetage de biscuits vendus aux Etats-Unis. Cela conduira, affirme la plaignante, à l’intoxication de 77 personnes. Selon Yasmine Motarjemi, ses recommandations étaient sciemment ignorées pour lui nuire.

Dès 2006, elle informera sa hiérarchie du conflit avec R.S. et de son impact sur la gestion de la sécurité alimentaire. Mais ses demandes répétées pour qu’un audit soit effectué dans son département resteront lettre morte. «On m’a engagée pour redorer l’image de l’entreprise, estime Yasmine Motarjemi. J’étais sa caution morale. Alors que j’avais à cœur de bien faire mon travail, on ne m’a pas laissée faire. Nestlé affirme que la sécurité alimentaire est prioritaire, mais dans les faits ce n’est pas le cas.»

«C'était une torture»

Une enquête interne pour mobbing sera finalement ouverte en 2009. Mais Yasmine Motarjemi se retirera de la procédure en cours de route, la considérant comme une «mascarade». Celle-ci a conclu qu’il n’y avait pas eu de harcèlement moral et psychologique.

Atteinte dans sa santé, l’ex-cadre, âgée de 60 ans, se dit aujourd’hui «détruite». «J’ai été humiliée, isolée, abandonnée par ma hiérarchie. C’était une torture, comme si j’avais été violée dans ma dignité.» Elle réclame 2,1 millions de francs à la multinationale pour couvrir ses frais de justice et pour perte de gain.

La direction de Nestlé, notamment son directeur général, Paul Bulcke, donnera sa version des faits le 16 décembre, lors d’une deuxième audience.

Créé: 01.12.2015, 21h52

Dossiers

Articles en relation

Tracas judiciaires pour Nestlé à Lausanne

Conflit Nouvel incident dans une procédure opposant le leader mondial de l’agroalimentaire à une ex-employée depuis 2010. Plus...

Accusations de harcèlement: le patron de Nestlé entendu

Vaud La justice vaudoise entendra le patron de Nestlé dans le cadre d'une affaire de harcèlement moral et psychologique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...