Les nuits lausannoises sont «festives mais apaisées», selon la Municipalité

SécuritéLes autorités qualifient de positifs les effets des différentes mesures de régulation de la vie nocturne

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: JEAN-CHRISTOPHE BOTT/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Voilà deux ans que la vente d’alcool à l’emporter (sauf le vin) est interdite à Lausanne de 20 h à 6 h du matin, dans l’espoir de prévenir les abus chez les jeunes et de pacifier les nuits de la capitale vaudoise. Quels constats peut-on tirer de cette révision controversée de la loi sur les auberges et débits de boissons (LADB)?

Ses effets ne peuvent pas encore être mesurés mais elle «participe à la pacification de la vie nocturne», affirme la Municipalité en réponse à une interpellation signée par les élus PLR Mathieu Maillard et Xavier de Haller.

Des études sont en cours pour évaluer précisément l’impact de l’ensemble des mesures de régulation de la vie nocturne prises depuis 2012. Les autorités relèvent d’ores et déjà une «amélioration» de plusieurs indicateurs dans les domaines de la sécurité et de la santé. Le bilan à ce stade est ainsi qualifié de «positif», statistiques à l’appui. «L’ensemble des mesures adoptées au fil des ans permet à Lausanne d’afficher un réel dynamisme avec des soirées et des nuits festives mais désormais apaisées. Les violences sur les personnes, liées pour partie à un contexte de suralcoolisation et de vie nocturne, sont en baisse constante depuis 2011 avec une diminution plus marquée entre 2012 et 2015.»

Plus de policiers, formations pour les agents de sécurité et la présence des correspondants de nuit

La Ville relève que «l’engagement de policiers supplémentaires, la mise en place de concepts de sécurité pour les établissements de nuit imposant des agents de sécurité au bénéfice d’une formation et la fouille obligatoire sans restitution des objets dangereux, ainsi que la présence des correspondants de nuit, portent leurs fruits.»

Concernant l’interdiction de la vente d’alcool dans les magasins après 20 h, les dénonciations restent «marginales» mais les cas ne seraient «pas isolés».

Les jeunes se biturent toujours dans les parcs, et avec un minimum d’organisation, les mineurs ont facilement accès à la boisson malgré la révision de la LADB. La Municipalité ne se voile pas la face. «C’est pourquoi les correspondants de nuit mettent un accent sur la prévention dans les parcs, principalement avant et après 20 h.» (24 heures)

Créé: 22.07.2017, 08h55

Articles en relation

Dans les interstices des nuits lausannoises

Prévention Bientôt deux ans que les correspondants de nuit vont au contact des fêtards. Tout en douceur. Satisfaite de l’action de son «bras non armé», la Ville veut reconduire le projet. Plus...

Un vendeur d'alcool envoie une ado à l'hosto

Lausanne La justice vient de confirmer la sanction reçue par un commerçant qui avait vendu de la vodka à trois adolescents, dont une fille de 14 ans. Plus...

[VIDEO] «Cette nuit avec police-secours permet de mieux sentir la ville»

Lausanne Pierre-Antoine Hildbrand dirige la police et s’est offert une nuit avec les patrouilles. 24 heures s’est invité à ses côtés Plus...

Le XIIIe Siècle lutte pour garder le droit de faire ses nuits

Lausanne Le club historique se bat contre les restrictions horaires mais pense déjà à ouvrir le jour pour ne pas disparaître. Plus...

Coup dur pour la pacification des nuits lausannoises

Vie nocturne Selon le Tribunal cantonal, Lausanne ne peut pas obliger les videurs à faire la police à l’entrée. Grégoire Junod, municipal de Police, réagit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...