Avec openfood.ch, l'EPFL mise sur des aliments sains

VaudL'école propose au public une nouvelle plate-forme d'information sur des milliers de produits.

14000 aliments sont répertoriés.

14000 aliments sont répertoriés. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'EPFL lance openfood.ch, une plate-forme en ligne qui propose au public des données sur plus de 14'000 aliments vendus en Suisse. Objectif: faciliter une alimentation plus saine et permettre le développement des outils de demain dans le domaine de la nutrition.

La nutrition est un facteur-clé dans la prévention de l'obésité et de maladies chroniques telles que le diabète. A l'heure actuelle, malgré l'étiquetage obligatoire des produits, il est difficile pour le consommateur de savoir précisément ce qu'il mange et d'en garder la trace, indique l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) lundi dans un communiqué.

Le projet Openfood permet d'accéder gratuitement et librement sur un ordinateur ou un smartphone à la plus grande banque de données de Suisse en la matière, selon la haute école.

Codes-barres et sucre

«Notre objectif est de mettre ces informations à disposition de tous, du grand public aux chercheurs, afin de mieux mesurer ce que l'on mange et d'encourager le développement de projets basés sur ces données digitalisées», explique Marcel Salathé, professeur à l'EPFL et fondateur du projet Openfood, cité dans le communiqué.

Un premier outil développé à l'EPFL donne un aperçu des possibilités du projet: une application gratuite permet de scanner les codes-barres des produits disponibles en grande surface pour en connaître les ingrédients et visualiser la quantité de sucre qu'ils contiennent.

Mieux comprendre

«En simplifiant les données parfois complexes des étiquettes, Openfood encourage le consommateur à mieux comprendre ce qu'il achète et facilite une alimentation plus saine», souligne Marcel Salathé. Si 14'000 produits vendus en Suisse sont déjà référencés, chaque utilisateur de l'application peut aussi ajouter les aliments manquants en quelques clics.

Les chercheurs, les journalistes, le milieu médical ou les start-up pourront faire usage de ces données open source pour imaginer les outils de demain, du frigo intelligent à l'application qui permet de trouver un produit similaire plus sain, ou encore le suivi de ses repas quotidiens pour améliorer sa santé.

Alternative objective

Le projet offre une alternative objective aux informations partiales émanant de l'industrie alimentaire ou provenant de source dénuée de validation scientifique, poursuit le communiqué. Il est réalisé en partenariat avec la Kristian Gehrard Jebsen Foundation, acteur philanthropique qui soutient la diffusion d'informations objectives et scientifiques dans le domaine de la santé et de la nutrition.

En parallèle, l'EPFL met en ligne le site factfood.org qui proposera des articles et des informations scientifiquement validées sur la nutrition, en partenariat éditorial avec le CHUV. Son ambition est d'aider le consommateur à distinguer le vrai du faux et d'améliorer ses connaissances. (ats/nxp)

Créé: 21.11.2016, 11h08

Articles en relation

La malbouffe perturbe le cerveau des ados

Alimentation Des chercheurs zurichois ont démontré que les graisses saturées déclenchent des troubles cognitifs chez les jeunes souris. Plus...

Les Suisses mangent trop et pas sainement

Alimentation Près d'une personne sur deux est en surpoids. La population ne mange pas non plus assez de fruits et légumes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...