Grosse action antistups dans un squat de migrants africains

Lausanne150 policiers sont intervenus simultanément en deux endroits de la ville. Quatre personnes ont été interpellées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une opération de police de grande envergure s’est déroulée mardi matin dès 10 h dans un quartier résidentiel près de la Blécherette. Alors que le climat est particulièrement tendu sur la question du deal à Lausanne, plusieurs dizaines de gendarmes et de policiers ont pénétré dans un immeuble squatté au chemin des Sauges par une centaine de migrants africains sans domicile fixe. La police cantonale l’a dévoilé dans la soirée, une autre intervention s’est déroulée en même temps dans un appartement en ville de Lausanne, dont l’adresse n’a pas été dévoilée.

Cette double action, qui a mobilisé près de 150 gendarmes et policiers, se plaçait dans le cadre d’une enquête sur un trafic organisé de cocaïne. Elle a permis l’arrestation du principal responsable présumé du réseau, un Nigérian de 52 ans, ainsi que de trois autres personnes, une Suissesse de 57 ans et deux Nigérians de 27 et 43 ans. En tout, la police indique avoir saisi plus de 20 000 francs, environ 1000 dollars, 600 euros, ainsi qu’une centaine de grammes de cocaïne.

Au chemin des Sauges, l’accès aux alentours du squat a été bloqué pendant plusieurs heures par un important dispositif. Selon divers témoins, deux personnes ont été emmenées par les forces de l’ordre. «Les policiers ont forcé la porte d’entrée et sont allés directement dans un appartement du rez-de-chaussée», rapporte l’un des occupants de l’immeuble. Des témoins qui fréquentent les lieux confirment que le logement en question était habité jusqu’à récemment par un membre important du Collectif Jean Dutoit – collectif qui fédère les occupants de l’immeuble. «Il ne loge pas là en ce moment», ont-ils néanmoins assuré.

Selon un autre membre du collectif, les squatters s’attendaient depuis quelque temps à une descente de police. Le propriétaire a en effet déposé une plainte pénale contre l’occupation de son immeuble, qui dure depuis près d’une année. En outre, plusieurs locataires sont sans droit de séjour en Suisse. La police confirme toutefois que l’opération était limitée strictement à la lutte contre les stupéfiants. Le squat n’a ainsi pas été évacué. Selon ses occupants, il n’y a d’ailleurs pas eu de contrôles d’identité et aucun autre logement n’a été visité par les policiers.

Dans l’ensemble, l’opération semble s’être déroulée sans heurt. Vers 13 h 30, un convoi de fourgons policiers qui tentait de quitter les lieux s’est retrouvé bloqué par une dizaine de personnes venues protester contre l’intervention. Elles ont été dispersées par les forces de l’ordre, fermement et sans débordement.

Un réseau de 16 trafiquants

La police cantonale indique que le Ministère public a ouvert plusieurs instructions pénales. Avant la double intervention de mardi, une enquête en cours depuis plusieurs mois avait déjà permis de saisir 6,329 kg de cocaïne ainsi que 41 000 francs. Douze trafiquants, originaires du Nigeria, du Cameroun, d’Afghanistan et du Burkina Faso ont par ailleurs déjà été mis sous les verrous. Les arrestations et les saisies effectuées mardi viennent compléter ce tableau. «Nous avons affaire à un trafic d’importance sur la place lausannoise, qui était clairement organisé depuis l’appartement situé au chemin des Sauges», a précisé Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale.

«Ce n’est pas une opération de façade, mais une action ordonnée par le Ministère public»

«Nous sommes un peu surpris que cette opération intervienne aujourd’hui, glisse quant à lui un membre du Collectif Jean Dutoit. Nous avons été ouverts sur le fait que certains locataires de l’immeuble sont impliqués dans la vente de drogue. Mais le thème du deal fait l’objet d’une grande attention médiatique ces temps-ci.» Jean-Christophe Sauterel indique quant à lui que l’intervention a été planifiée de longue date: «Ce n’est pas une opération de façade, mais une action ordonnée par le Ministère public.»

Créé: 29.05.2018, 20h55

Articles en relation

Le collectif Jean Dutoit est de retour à Lausanne

Précarité Une centaine de migrants sans-abri a quitté son squat de Romanel pour investir un immeuble à la Blécherette. Plus...

Une centaine d'Africains survivent en communauté à Lausanne

Précarité Dans un immeuble squatté à la Blécherette, un collectif de migrants vit l’exil européen entre solidarité, précarité et espoir. Reportage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.