Opération séduction réussie pour l'Hôtel des Patients du CHUV

SantéLes résidents semblent conquis par l’établissement, inauguré officiellement ce jeudi.

Le CHUV espère réaliser des économies et libérer des lits dans son bâtiment principal, engorgé, grâce à l'Hôtel des Patients.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Près de 2900 personnes admises au CHUV ont déjà séjourné à l’Hôtel des Patients depuis son ouverture en octobre 2016, juste en face de l’hôpital. Des occupants nous ont livré leurs impressions jeudi, à quelques heures de l’inauguration officielle de cette structure unique en Suisse.

Jean-Pierre Dupuis fait partie du public cible pour cet hôtel, à savoir les patients du CHUV dont l’état de santé ne nécessite pas un plateau technique lourd mais ne peuvent pas encore rallier leur domicile. Il a été transféré ici mardi, deux jours après la pose d’une prothèse de hanche. Le Lutryen est emballé, d’autant que les coûts sont pris en charge par l’assurance de base. «C’est un très bon concept. On est seul dans sa chambre, tout est fonctionnel… En plus, le personnel est sympathique et disponible. C’est une sorte de réadaptation pour moi: je bouge, je vais sur la terrasse, je prends mes repas au restaurant… Je ne suis pas alité toute la journée.» Les soins sont prodigués matin et soir dans le local spécialement aménagé. Au bras de Jean-Louis Dupuis: un bracelet muni d’un bouton rouge. «Il suffit de peser s’il y a un problème.» Quelques bémols, tout de même: le design «un peu blanc, assez froid» et un mobilier pas toujours adapté. «Les sièges dans les douches sont trop bas pour moi.»

Jeunes mamans en nombre
Outre les patients en orthopédie, l’hôtel du CHUV accueille beaucoup de jeunes mamans. Un quart des journées de la Maternité, engorgée, sont désormais transférées ici. Sophie Roud a donné naissance à une petite fille mardi, à 8h. Trois heures plus tard, elle quittait la Mat’et découvrait sa nouvelle chambre. «Le confort est bien supérieur et le cadre est apaisant; beaucoup moins médicalisé tout en étant sécurisant. Les sages-femmes sont très présentes et bienveillantes. En même temps, on vous encourage à être autonome.» La Lausannoise avait accouché de son premier né à la Maternité. «Un de mes regrets, à l’époque, était que mon mari ne puisse pas rester avec moi. Ici, c’est possible. On mange ensemble à midi au restaurant et il dort dans ma chambre, moyennant un supplément.»

Le bon accueil réservé aux proches est aussi salué par Nelida Forestier, jeune femme de Crissier. Sa grossesse à risque nécessite une longue hospitalisation. «J’angoissais à l’idée de me séparer de mes enfants mais ici, je peux les recevoir. Ma fille de seize mois dort avec moi, dans un berceau. J’apprécie aussi le fait de ne pas partager ma salle de bains. L’équipe est super; très à l’écoute. C’est important de se sentir ici un peu comme chez soi.»

Le CHUV espère occuper à la fin de l’année les 75 lits qui lui sont réservés au sein de l’hôtel géré par la société privée Reliva. Le taux d’occupation atteint aujourd’hui 20 à 25%, fait savoir l’hôpital. Le contrat signé avec Reliva le contraint à participer aux frais de fonctionnement s’il ne remplit pas 70% de la capacité qui lui est dévolue. En 2016, le CHUV a ainsi versé 839 000 francs à Reliva, soit environ 200 francs par lit non utilisé. (24 heures)

Créé: 27.04.2017, 19h40

Articles en relation

Les mamans migrent à l'Hôtel des Patients

Santé La Maternité du CHUV transfère 20 à 25% de ses journées dans le nouvel établissement, ouvert juste en face Plus...

[VIDEO] Les patients du CHUV ont leur hôtel trois étoiles

Lausanne Le premier Hôtel des Patients de Suisse vient d'ouvrir à côté de l'hôpital. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...