L’opposition d’un voisin condamne l’édition 2012 de Flon-plage

doigts de pieds en éventail Depuis 2009, une plage apparaissait au Flon pour les beaux jours. Cela ne sera pas le cas cet été, mais l’organisateur espère que l’événement reviendra en 2013.

Flon-Plage 2009

Flon-Plage 2009 Image: Odile Meylan - Archive

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était presque devenu une tradition, chaque été une coulée de sable faisait son apparition au cœur du Flon pour le plus grand plaisir des amateurs de transats et de cocktails. Cette année, ce ne sera pas le cas, alors même que tout était prêt pour le lancement de la manifestation le 15 juin.

En raison de travaux, l’événement aurait dû être déplacé d’une cinquantaine de mètres, explique Mobimo, propriétaire des lieux dans un communiqué. Ce changement a nécessité une nouvelle demande de permis de construire. Or un habitant du Flon a fait opposition à son octroi. «Le temps nécessaire pour lever cette opposition ne nous permet pas d’organiser «Flon-Plage» cet été, c’est impossible», déclare Sonia Romano, directrice de Mobimo Lausanne. «L’intérêt personnel d’une seule société en a décidé autrement, sans tenir compte de l’intérêt général des Lausannois et de tous ceux qui se donnaient rendez-vous à Flon-Plage», ajoute-t-elle, amère.

Mobimo et Flon-Events, son département événementiel, estiment pourtant que des mesures avaient été prises pour réduire les nuisances pour les voisins, puisque le nouveau Flon-Plage devait faire l’impasse sur la musique et sur le terrain de beach-volley. L’organisateur espère néanmoins pouvoir obtenir le permis de construire en 2013.

Créé: 07.06.2012, 15h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.