Après l'orage, le casse-tête du relogement

LausanneLes locataires d’un immeuble sans électricité et sans eau chaude, après l’orage du 11 juin, font face à une situation complexe.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les 11 juin au soir, des trombes d’eau s’abattent sur Lausanne. Des torrents se forment. Des sous-sols sont inondés. Dans le quartier situé entre la place Pépinet et le grand magasin Globus, l’immeuble de la rue du Petit-Saint-Jean 5 est sinistré. On n’y entre pas sans autorisation. Un vigile barre le passage, devant des rubans rouge et blanc marqués ECA (Établissement cantonal d’assurance). Au rez-de-chaussée, l’enseigne de mode H&M est fermée. Des véhicules d’une entreprise d’assainissement stationnent.

Des travaux importants

Les installations électriques ne fonctionnent plus. L’eau a noyé la chaufferie et il n’y a pas d’eau chaude dans les appartements. Il se dit que la remise en état durera au minimum un mois. Il est difficile d’être plus précis: selon l’ECA, c’est un cas lourd, qui implique aussi l’intervention des Services industriels de la Ville de Lausanne. Onze locataires ont dû se reloger. Ce qui n’est pas facile lorsque, par exemple, des enfants en bas âge sont présents. Ou qu’il existe des contraintes de transport et de lieu de travail. «Nous ne sommes pas informés de la durée des travaux. Nous avons pu trouver un logement à Cully mais nous avons de la chance. Quel bailleur accepte de louer un logement pour une durée inconnue?» relève un des habitants.

Au début, il est allé à l’hôtel avec sa compagne. Livit, la régie qui gère l’immeuble propriété de Swiss Life, proposait une indemnité maximale de 150 fr. par nuitée hôtelière et de 25 fr. de frais de repas par personne. La gérance s’est mise à proposer des appartements de rechange vu l’importante durée des travaux. «Celui qu’on nous a présenté était trop décentré par rapport à nos déplacements et au lieu de travail», explique notre témoin, qui a donc trouvé sa propre solution.

Qui paie quoi?

Qui paie quoi dans ce genre de situation? Le flou régnait au lendemain des intempéries. L’ECA précise que l’assurance du bâtiment prend en charge la remise en état de l’immeuble à l’identique. Le propriétaire est également assuré pour le préjudice qu’il subit du fait de l’impossibilité d’occuper ou de louer les locaux. Le locataire, quant à lui, peut s’assurer pour couvrir les frais de son relogement et de son déménagement: «Nous conseillons une somme de 10 000 fr. au minimum. Mais certains s’assurent pour moins en pensant qu’ils n’en auront jamais besoin. Ils peuvent de ce fait se trouver en grandes difficultés financières», relève Jean-François Dutruy, responsable du service des sinistres à l’ECA. Au sujet des frais d’hôtel, l’Établissement d’assurance rappelle un principe général du droit des assurances qui veut que l’assuré «doit faire tout son possible pour réduire son dommage».

D’une manière générale, quand un logement est hors d’usage ou endommagé, le droit du bail s’applique. Le locataire peut exiger une réduction ou une suspension du loyer ainsi qu’un dédommagement. La procédure est parfois inévitable: «Le locataire doit rapidement fixer un délai au bailleur pour remédier au défaut, puis, si celui-ci n’est pas réparé, consigner son loyer. Ensuite, l’autorité de conciliation ou le Tribunal des baux fixent la réduction de loyer et le dédommagement», indique Me Carole Wahlen, avocate à l’Asloca.

Petits commerces en difficulté

Au Petit-Saint-Jean 5, Livit a pris les devants: «En accord avec la société propriétaire, nous avons décidé d’offrir à nos locataires une solution alternative, ainsi que pour la période de transition.» Dans le cas de notre témoin, qui a dû trouver sa propre solution de relogement, Livit a fait suspendre le versement du loyer. Les frais d’hôtel posent toutefois encore problème, indique l’habitant. Un avocat travaille toujours dans l’immeuble: «Un entrepreneur voisin m’a fourni un tableau électrique provisoire que les SI m’ont refusé», explique-t-il.

Livit et H&M sont d’autre part en pourparlers. Selon nos informations, d’autres commerçants, plus petits, sont en difficulté ailleurs dans la ville. Le local de l’un d’eux est tellement endommagé que le propriétaire le considère comme détruit et veut résilier le bail. À ce souci s’ajoute celui du paiement des salaires des employés. Les patrons qui ne sont pas assurés contre les pertes d’exploitation risquent gros.

Créé: 27.06.2018, 18h32

Ruée sur les pièces d'ascenseurs

À la gare CFF de Lausanne, les quatre ascenseurs des quais sont hors service. Le moteur de celui du quai 1 a pu être sauvé. Après une importante réparation, cet engin devrait être remis en fonction à la fin de la semaine prochaine. Mais la machinerie des trois autres a été complètement noyée. L’entreprise Kone, qui gère 17 installations à la gare, commencera les travaux de remplacement sur ce trio à partir de la mi-août. «Une fois que les éléments à remplacer de ces ascenseurs sur mesure seront produits et livrés», indique la société, qui est par ailleurs intervenue sur 50 ascenseurs lausannois, dont 20 gravement endommagés. Les entreprises de transport assurent faire le maximum pour guider les voyageurs en chaise roulante et ceux qui ont des poussettes ou des valises. Les CFF ont engagé du personnel supplémentaire pour aider cette clientèle et ils rappellent que les quais sont accessibles par des rampes dans le secteur ouest de la gare. Le métro M2 a aussi des ascenseurs hors service aux stations Riponne - Maurice Béjart, Bessières, Ours et en partie au Flon.

Les Transports publics lausannois (TL), qui ne précisent pas le nom de leur réparateur, parlent d’une «pénurie de pièces de remplacement mais aussi de main-d’œuvre dans le canton de Vaud». Les spécialistes des ascenseurs nuancent. Schindler est intervenu sur plus de 200 installations dans la région lausannoise. «Nous avons un gros stock de pièces. Pour les ascenseurs de nouvelle génération, il n’y a pas de problème. Mais en ce qui concerne les anciennes générations, notamment 1950-1960, c’est plus compliqué. Certains composants peuvent manquer», indique Pierre-Alain Descloux, directeur de Schindler Lausanne. Les escalators de la gare CFF, dont s’occupe justement Schindler, présentent un problème particulier: il faudra choisir entre une réparation et un remplacement selon le diagnostic. «Si on répare, il faut compter un bon mois de délai. Plusieurs mois en cas de remplacement car c’est compliqué de remplacer», explique Pierre-Alain Descloux.

«Au vu des dégâts, les délais annoncés par nos fournisseurs sont de 7 (réparation) à 12 semaines (remplacement)», précisent les CFF. Otis, une autre grande société du secteur des ascenseurs, est intervenue sur 80 appareils dans la région lausannoise. L’entreprise fait la différence entre les pièces standards, comme les câbles, qui ne manquent pas, et ce qui doit être préparé en fonction de la situation: «Les moteurs, par exemple, doivent répondre à des conditions de charge différentes. Il y a un délai pour des pièces spécifiques». Globalement, l’ECA a augmenté son estimation du coût total des dégâts dus à l’orage du 11 juin à 15 millions de francs, dont 3 millions pour l’immeuble du Petit-Saint-Jean 5. Le nombre de cas annoncés se situe au-dessus de 2000. PH.M.

Articles en relation

L'orage du siècle a eu raison du pont de la tour Haldimand

Lausanne Une passerelle temporaire sera installée mercredi dans ce secteur prisé par les promeneurs. Plus...

L'orage du siècle coûtera plus de cinq millions de francs

Lausanne Après le déluge de lundi à Lausanne, l’ECA estime les dégâts à plusieurs millions de francs. Et cela ne couvre pas tout. Plus...

Une crue centennale et des inondations record

Intempéries Le violent orage qui a frappé Lausanne lundi soir a fait de lourds dégâts, mais aucun blessé. La police a reçu des centaines d’appels; les pompiers des milliers. L’armée a offert son aide Plus...

Ruée sur les pièces d'ascenseur

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.