À Oron, caméras contre jeunes casseurs

VidéosurveillanceLa Commune va installer 23 appareils pour décourager un petit groupe qui vandalise ses bâtiments.

Le collège d’Oron-la-Ville fait partie des quatre bâtiments visés par des déprédations et qui seront équipés de caméras.

Le collège d’Oron-la-Ville fait partie des quatre bâtiments visés par des déprédations et qui seront équipés de caméras. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Municipalité d’Oron a obtenu, lundi soir, 28 000 francs de son Conseil communal pour se doter d’un dispositif de vidéosurveillance. Objectif? Mettre fin aux déprédations qui visent les bâtiments communaux depuis plusieurs années. Prochainement, vingt-trois caméras seront donc réparties sur quatre sites: le collège, le centre sportif et le pavillon scolaire d’Oron-la-Ville ainsi que le Collège de Palézieux-Village. Toujours clivante, la thématique a encore suscité quelques interrogations, mais c’est, d’après l’Exécutif, une étape à franchir pour lutter contre des problèmes qui durent depuis trop longtemps.

Des profils connus

«Nous avons encore eu quatre plaintes la semaine dernière. Force est de constater que la prévention ne fonctionne pas avec tout le monde et que nous n’avons plus d’autres moyens que la répression», défend la municipale Danielle Richard-Martignier. La Commune pense savoir de qui viennent ces méfaits. «Il y a des soupçons sur une bande de jeunes, dont certains mineurs, que la gendarmerie connaît. L’idée, c’est justement de pouvoir les identifier formellement.» Le municipal Thierry-Vania Menétrey complète: «Il semble que certaines personnes soient de retour dans la région, des personnes qui nous narguent sans que nous puissions les coincer. Avant d’avoir la charge des Bâtiments, j’étais très sceptique sur l’efficacité des caméras, mais je vous jure que j’ai maintenant très envie d’y croire.»

La Municipalité rapporte des méfaits variés, du vol au vandalisme en passant par les tags. (crédit : Commune d'Oron)

L’éventail des méfaits est large: du tag insultant au départ de feu dans les toilettes publiques en passant par le vol ou, le plus souvent, du vandalisme pur. «Ils se laissent enfermer ou s’introduisent dans un bâtiment pour y mener la grande vie et nous le retrouvons délabré le lundi matin», explique Danielle Richard-Martignier. «Le collège est un peu labyrinthique et il y a tellement d’allées et venues qu’il est difficile de tout contrôler, souligne son directeur, Jean-François Détraz. On parle de cinq ou six intrusions par année, souvent suivies de déprédations. Une caisse de classe, qui devait financer un voyage d’études, a aussi été volée il y a quelque temps. Nous avions pu retrouver les auteurs mais malheureusement ils continuent de faire parler d’eux. Quand vous les croisez ils sont sympathiques, mais des consommations multiples peuvent troubler leur comportement.»

De son côté, la police cantonale se dit très attentive. «Le chef de poste est en contact avec les autorités et des patrouilles sont régulièrement réalisées. Des auteurs d’infractions et de délits ont été identifiés et dénoncés aux instances concernées, indique le porte-parole Pascal Fontaine. Toutefois, de nouveaux méfaits font l’objet d’investigations. Le chef de poste, ses collaborateurs et les autorités travaillent conjointement pour lutter contre le sentiment d’insécurité que peuvent ressentir les citoyens. Tout comme ils échangent quant aux moyens qui peuvent être mis en œuvre pour prévenir la délinquance et dissuader les potentiels auteurs de commettre des délits.»

La Municipalité rapporte des méfaits variés, du vol au vandalisme en passant par les tags. (crédit : Commune d'Oron)

Quant au coût des déprédations, le syndic, Philippe Modoux, indique, sans formuler de chiffre, que les factures sont adressées «aux parents des mineurs lorsqu’on les trouve» mais que les majeurs «n’ont généralement pas les moyens de payer».

Procédure stricte

Suite à une question du socialiste Romain Richard, la Municipalité a également précisé le fonctionnement des caméras. Puisqu’il est interdit de regarder en continu et en direct ce qui se passe sur le domaine public, c’est seulement «en cas de suspicion d’infraction, détectée par des algorithmes, qu’un opérateur de la centrale d’alarme visualise les images en live afin de procéder à la levée de doute». Et si les méfaits nécessitent le dépôt d’une plainte, les enregistrements sont transmis à la Municipalité pour visionnage a posteriori.

Créé: 21.02.2019, 20h35

Articles en relation

Oron rechigne mais signe pour les caméras

Sécurité Malgré les réticences, le Conseil fait un premier pas vers l’installation de la vidéosurveillance. Plus...

L’extension du collège d’Oron-la-Ville se précise

Conseil communal Les grandes lignes du projet sont connues et le terrain concerné est désormais prêt à l’accueillir. Plus...

Oron renonce au parking contesté

Politique La trentaine de places envisagées au milieu d’un quartier de Palézieux-Gare ne verra pas le jour. À court terme, du moins. Plus...

Les sociétés d'Oron n’auront pas leurs panneaux informatifs

Politique De peu, le Conseil communal a refusé cet investissement jugé élevé et non pertinent. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.