Oscar Tosato défend l'action lausannoise sur les sans -abri

Conseil communalLe municipal du social fait valoir que l’accueil des sans-abri n’est pas qu’une aide ponctuelle mais une prise en charge complète qui nécessite de s’identifier.

Vendredi soir dernier, des migrants aidés par un collectif de militants occupaient la salle de gym du collège de Grand-Vennes.

Vendredi soir dernier, des migrants aidés par un collectif de militants occupaient la salle de gym du collège de Grand-Vennes. Image: PHILIPPE MAEDER/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Oscar Tosato a répondu, mardi soir au Conseil communal, à deux questions des Verts et du groupe Ensemble à Gauche qui s’inquiètent de l’apparente impréparation de la Ville de Lausanne dans son accueil d’urgence des sans-abri. Les événements du week-end dernier, où une cinquantaine de migrants ont occupé, à l’aide d’un collectif de militants, la salle de gym de Grand-Vennes, sont encore dans tous les esprits.

«Pourquoi ces gens ont-ils finalement dû dormir dehors le vendredi soir alors que des places supplémentaires ont pu être ouvertes le soir suivant?» a demandé Claude Calame, d’Ensemble à Gauche. «Ne peut-on pas identifier les besoins réels des migrants plutôt que de devoir agir dans l’urgence?» a renchéri le Vert Ilias Panchard?

«Aujourd’hui, nous avons affaire à des personnes dont nous ne pouvons pas prévoir l’arrivée»

Répondant longuement, Oscar Tosato a d’abord assuré que la Municipalité ne laisserait jamais occuper un bâtiment public, qui plus est en service. Sur l’action de la Ville, le socialiste fait valoir qu’elle tente d’abord une approche sociale face à la détresse des sans-abri. L’hébergement d’urgence ne se borne pas à offrir une place au chaud. Le dispositif prévoit aussi la nourriture, les soins, l’hygiène. Mais surtout, les professionnels qui accueillent les gens tentent de «trouver des solutions pour eux» et de les amener sur la voie de la réintégration.

«Aujourd’hui, nous avons affaire à des personnes dont nous ne pouvons pas prévoir l’arrivée», poursuit Oscar Tosato. Ils ont un passeport de l’Union européenne ou une carte de résident délivrée par l’Italie ou l’Espagne qui permet de voyager dans l’espace Schengen mais pas d’y chercher du travail.

Lorsque ces personnes souhaitent malgré tout s’installer, elles relèvent de la loi vaudoise sur l’aide aux requérants d’asile et à certaines catégories d’étrangers mise en œuvre par le Canton et pas par les communes. Les migrants doivent ainsi, selon l’organisation des compétences entre Canton et communes, s’adresser au Service cantonal de la population (SPOP) qui, lui, les adressera aux structures d’accueil de l’EVAM (Établissement vaudois d’accueil des migrants). Mais tout cela implique une identification et une inscription au SPOP dont on connaît les contraintes et les risques de déboucher sur un renvoi.

Lors de la discussion sur le budget 2018, ce même mardi soir, Ensemble à Gauche a tenté d’ajouter 600 000 francs pour l’hébergement d’urgence «quelles que soient les explications» de la Municipalité; une somme qui pourrait être compensée avec l’aide individuelle au logement, moins utilisée ces dernières années. Le Conseil communal a dit: «Non.» (24 heures)

Créé: 05.12.2017, 22h17

Articles en relation

«Pas d’hébergement durable pour les migrants illicites»

Lausanne Après avoir évacué soixante sans-abri d’une salle à Vennes vendredi, la Ville a ouvert 50 places de plus en raison du froid. Mais ne veut pas pérenniser cette prestation «exceptionnelle». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des dizaines d'automobilistes ont été bloqués dans le Chablais, pendant plusieurs heures pour certains. La situation était également chaotique sur les routes secondaires parsemées de congères.
(Image: Bénédicte) Plus...