Passer au contenu principal

L’Ouest lausannois définit ses priorités

Aménagement du territoire, gestion du trafic, espaces de loisir ou encore communication commune sont au programme de ces 5 prochaines années.

Florissant, un des quartiers emblématiques de l'Ouest lausannois.
Florissant, un des quartiers emblématiques de l'Ouest lausannois.

Comme souvent avec le SDOL, la thématique semble austère et technique. Elle est en fait une «planification de l’avenir», dit Claudine Wyssa, présidente du bureau Stratégie et développement de l’Ouest lausannois (SDOL) et syndique de Bussigny. Déclinée selon sept priorités, pas toujours aisées à rendre lisibles, cette stratégie touche à l’ensemble de la vie des habitants de l’Ouest. On citera pêle-mêle les objectifs suivants: améliorer les dessertes en transports publics, faciliter la mobilité douce, récupérer les arrêts CFF des grandes lignes à la gare de Renens. Mais aussi mieux réfléchir à l’animation des centres, à la création d’un parc public, à la couverture de l’autoroute sur certains tronçons ou encore défendre les intérêts du district dans des dossiers qui l’entourent, comme le contournement de Morges. On peut y ajouter, par exemple, le renforcement de la collaboration avec les hautes écoles pour une meilleure planification du développement du campus universitaire.

L’ensemble de la démarche est chapeauté par une mesure fondamentale: la révision des plans de chaque localité pour arriver à un plan directeur intercommunal, fondement coordonné de l’aménagement du territoire des huit entités.

Depuis plus de douze ans Prilly, Renens, Chavannes, Ecublens, Saint-Sulpice, Crissier, Bussigny et Villars-Sainte-Croix se sont unis dans le cadre du schéma directeur de l’Ouest lausannois. Assez longtemps pour s’autoriser une petite remise à plat. Et convoquer lundi la presse pour présenter leur vision stratégique jusqu’en 2021. «Accorder nos violons», dit même Claudine Wyssa. Elle a repris la présidence du SDOL à la suite de Marianne Huguenin, ancienne syndique de Renens.

Le changement de tête mais aussi le nouveau sens du nom – SDOL a quitté l’appellation schéma directeur pour devenir stratégie et développement de l’Ouest lausannois l’été dernier – ne sont pas anodins. Et sont autant d’indicateurs de la nouvelle ère dans laquelle se trouve cette entité.

Comme si après les années de définition des enjeux, de planification, de création d’une identité commune, il fallait désormais mettre de l’ordre. Se fixer un genre de programme de législature à huit communes.

Le SDOL veut aussi capitaliser sur les succès dès sa première décennie d’existence. Il annonce ainsi la création de l’association Ouest Lausannois: Prix Wakker 2011, en souvenir de la distinction qu’il avait reçue à cette année-là.

Ouverte à tous, la structure entend promouvoir les initiatives qui «favorisent un développement territorial harmonieux et la qualité de vie dans l’Ouest lausannois». Elle est présidée par Christian Maeder, syndic d’Ecublens.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.