L’Ouest renforce aussi sa lutte contre le littering

IncivilitésAprès Lausanne, les déchets sauvages sont désormais amendables sur le fait.

Sept communes de l'Ouest lausannois ont adapté leur règlement de police au 1er janvier pour introduire les amendes d'ordre contre une série d'infractions.

Sept communes de l'Ouest lausannois ont adapté leur règlement de police au 1er janvier pour introduire les amendes d'ordre contre une série d'infractions. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pour un crachat sur le trottoir, ce sera 100 francs. Pour ceux qui s’amuseront à faire leurs besoins sur le domaine public, il en coûtera 200 francs. Dans la plupart des communes de l’Ouest lausannois, le 1er janvier a marqué l’entrée en vigueur de nouvelles dispositions du règlement de police. Désormais, une série de petites infractions prises sur le fait pourront être punies avec une amende d’ordre. Le district s’attaque en particulier au problème du littering en fixant à 150 francs la douloureuse pour l’abandon de déchets sauvages.

Ce changement repose sur une adaptation de la loi cantonale entrée en vigueur début 2016 qui donne cette possibilité aux communes. Lausanne a été pionnière en la matière dans le canton, puisqu’elle a fait entrer en vigueur ce nouveau système le 1er novembre dernier. L’Ouest lausannois lui emboîte le pas presque en bloc, puisque toutes les communes du district – sauf Renens – ont voté un préavis à cet effet l’automne dernier.

Moins lourd et moins cher
Concrètement, qu’est-ce que cela va changer? «Jusqu’ici, tous les règlements communaux de police comprenaient déjà l’interdiction de jeter des détritus sur la voie publique, précise Michel Farine, municipal en charge de la Sécurité à Ecublens et président du comité de direction de la Police de l’Ouest lausannois (POL). La différence est que les personnes devaient faire l’objet d’une dénonciation à la commission de police.» Pour l’élu, le passage aux amendes d’ordre sera à la fois moins lourd et moins coûteux que l’ancienne procédure. «Avec une dénonciation, les personnes devaient se déplacer pour une convocation et l’amende était alourdie par les frais de la commission de police.» Les amendes d’ordre, elles, seront données sur-le-champ et payables soit immédiatement, soit à trente jours, sans coûts supplémentaires. En plus, ceux qui paieront leur douloureuse tout de suite n’auront pas besoin de donner leur identité. En revanche, s’ils contestent leur amende, les indélicats seront dénoncés comme dans l’ancien système.

Autre différence: alors que sévir contre ces incivilités était jusque-là la prérogative des policiers, désormais le personnel communal pourra lui aussi coller des amendes, comme c’est déjà le cas à Lausanne. La mise en place de ce système devrait toutefois prendre encore quelques mois. «Toutes les communes ne sont pas ouvertes à confier ces tâches à leurs employés communaux. À Ecublens, c’est par exemple exclu pour l’instant», relève Michel Farine. À Bussigny en revanche, la Municipalité dénombre déjà quelques volontaires.

Renens à la traîne
Parmi toutes les communes de l’Ouest lausannois, c’est à Renens que cette disposition cause le plus de problèmes. Si le chef-lieu n’a pas encore présenté de préavis pour introduire les amendes d’ordre, c’est que son Conseil communal a déjà exclu en 2016 d’assermenter ses employés communaux pour sévir contre le littering. Renens devra tenir compte de cette spécialité si elle veut changer son règlement de police: «Nous allons entrer dans la même démarche, mais il faut que nous trouvions une solution pour présenter un préavis», assure Olivier Golaz, le municipal renanais en charge de la Sécurité publique.

Dans les autres communes, les règles sont désormais claires et uniformes sur le papier, mais leur application stricte se fera en douceur. Ces six prochains mois seront ainsi surtout placés sous le signe d’une campagne d’information à la population: «Le but est d’éviter le littering, pas de coller des amendes. C’est pourquoi la prévention passera avant la répression», annonce en effet Michel Farine. (24 heures)

Créé: 03.01.2018, 16h00

Comme à Lausanne, avec des nuances

La liste d’infractions visées par les amendes d’ordre n’est pas tout à fait identique à Lausanne et dans les communes de l’Ouest. Des deux côtés, on amendera de la même manière le fait de déféquer, de cracher, de jeter des déchets ou de ne pas ramasser les crottes de chien sur la voie publique. Autre point commun, ne pas faire de tri sélectif des déchets figure aussi dans la liste. En revanche, l’Ouest ajoute deux infractions au menu, qui ne sont pas incluses côté lausannois: déposer, répandre ou déverser des excréments humains ou animaux, mais aussi apposer des affiches en dehors des endroits prévus à cet effet.
À Lausanne, si les nouvelles règles sont entrées en vigueur au 1er novembre, leur application stricte remonte seulement au 1er décembre. En un mois, difficile de dresser un bilan d’étape, faute de chiffres. Mais Pierre-Antoine Hildbrand, municipal lausannois en charge de la Sécurité, se montre déjà satisfait d’un système qui allège les procédures pour les policiers.

Articles en relation

Lausanne déclare la guerre aux pipis dans la rue

Littering Des employés communaux seront assermentés pour pouvoir sévir. Un crachat coûte 100 fr., un pipi 200 fr. et introduire un animal dans un cimetière 70 fr. L'affichage sauvage a été sauvé et ne pourra pas être amendé. Plus...

La voirie de Renens ne collera pas d’amendes

Déchets sauvages Le Conseil communal de Renens a refusé de justesse le principe de mettre des amendes d’ordre aux coupables de «littering». Plus...

Les communes pourront coller des amendes d’ordre pour le littering

Déchets Les députés vaudois veulent offrir la possibilité aux communes de recourir à une procédure pénale simplifiée pour les petits délits. Plus...

Paid Post

Les meilleurs commerçants lausannois récompensés
Pour la 5ème année consécutive, le Prix du Commerce a récompensé des commerçants de la capitale cantonale qui excellent dans leur domaine.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Woody Allen dans la tourmente de l'affaire Weinstein, paru le 20 janvier 2018.
(Image: Vallott) Plus...