Le Parc du Jorat renonce à la fermeture de chemins

LausanneLa consultation des usagers a incité les promoteurs à réétudier l’impact et la nécessité de fermer des chemins.

Le projet de parc naturel périurbain dans les bois du Jorat ne prévoit désormais plus de fermer certains chemins.

Le projet de parc naturel périurbain dans les bois du Jorat ne prévoit désormais plus de fermer certains chemins. Image: Philippe Maeder - archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ceux qui voyaient dans les soirées participatives du projet de Parc naturel périurbain du Jorat une démarche alibi en seront pour leurs frais. Suite à la consultation de différents groupes d’utilisateurs au début de l’été , l’équipe dirigeante a en effet pris un virage à 180 degrés sur un point sensible: elle a décidé de renoncer à toute fermeture de chemin, même dans la future zone centrale, qui s’étendrait sur une superficie de 4,4 km2.

«Lors de la soirée de juillet, plusieurs usagers nous ont fait part de leur crainte de voir apparaître des problèmes de cohabitation si on restreignait le nombre de chemins, explique la cheffe de projet, Sophie Chanel. Comme les usagers sont satisfaits de la situation actuelle, nous avons repris le sujet, notamment avec le Canton, et sommes arrivés au constat suivant: le but premier de la zone centrale est de favoriser la biodiversité, et en particulier celle liée à la présence de bois mort. Or, le réseau de chemins existants n’a que peu d’impact sur les espèces concernées, pour autant que les usagers y restent. Concrètement, seule la grande faune peut être dérangée par le va-et-vient sur les chemins, mais cela ne concerne qu’une dizaine d’espèces. «Et parmi elles, certaines, comme le cerf ou le sanglier, posent plutôt des problèmes à cause de leur prolifération en ce moment», rappelle Sophie Chanel.

Décision a donc été prise de poursuivre le projet sans prévoir de fermeture de chemins, mais plutôt en envisageant la renaturation de certains d’entre eux en enlevant le revêtement goudronné. Un revirement à propos duquel on peut se demander au passage si, en étant effectué plus tôt, il n’aurait pas influencé l’acceptation du projet dans les villages initialement concernés. Mais cela est une autre histoire.

La conséquence directe et actuelle est que la charte du Parc naturel du Jorat, le document fondateur du parc, a pu être bouclée. Elle vient d’être envoyée en préconsultation à la Confédération, au Canton et à la Ville de Lausanne. Car – faut-il le rappeler? – après le rejet du projet de parc par plusieurs communes, ce dernier est désormais entièrement prévu sur le territoire de la capitale vaudoise. À l’issue de la période de préconsultation, la charte sera présentée à la Municipalité, puis au Conseil communal de la Ville de Lausanne, normalement à la fin de cette année ou au début de la prochaine.

Créé: 03.10.2019, 09h37

Articles en relation

Le parc du Jorat revient, en version lausannoise

Nature Rejeté par les autres Communes, le projet de Parc naturel périurbain ne se déploie plus que sur le sol lausannois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.