Passer au contenu principal

Des parents ouvrent une crèche Montessori à Lausanne

Une association s'est démenée pour lancer une structure qui propose la fameuse pédagogie.

Les membres de l'association (ici avec leurs enfants) prônent une structure conviviale où les parents pourront s'investir et intervenir.
Les membres de l'association (ici avec leurs enfants) prônent une structure conviviale où les parents pourront s'investir et intervenir.
Patrick Martin

«Un rêve à partager». Pour évoquer la crèche qu’ils ont ouverte le 1er novembre, sous-gare à Lausanne, les membres de l’association «La maison des enfants» ont des étoiles dans les yeux et dans les mots. Puisqu’aucune structure publique de la ville ne proposait à leurs enfants en bas âge de suivre la pédagogie Montessori (basée sur la découverte, l’éducation sensorielle et la liberté de l’enfant), ils ont lutté pendant plusieurs mois pour lancer leur propre garderie.

«Les petits étaient auparavant accueillis à Chailly, c’est là-bas que nous nous sommes connus», raconte Tiphaine Arlabosse, présidente de l’association. Alors, quand le printemps fut venu et que la crèche de Chailly a été contrainte de fermer, tous se sont trouvés fort dépourvus. L’exploitation de l’ancienne structure avait cessé pour raisons administratives.

«Pour la gestion, nous nous sommes formés sur le tas»

«Nous avons repris une partie des éducateurs de Chailly et, pour la gestion, nous nous sommes formés sur le tas avec l’aide du Partenaire Enfance Pédagogie (PEP)», explique la secrétaire Maryline Foerster Pidoux. Le reste est une affaire de solidarité. Face au refus de la Ville de subventionner leur maison des enfants, les membres de l’association ont mis la main au portefeuille et ont sollicité l’aide de leurs proches pour réunir les 40'000 francs nécessaires au lancement du projet. Amis, bénévoles et professionnels se sont ensuite relayés jour et nuit pour donner un coup de main ou fournir une aide matérielle afin de transformer les locaux en structure d’accueil. L’appui du service d’architecture de la Ville a également été précieux pour aménager le lieu.

Savoirs en commun

«Désormais nous y sommes, c’est le moment de passer du rêve à la réalité, s’enthousiasme Matteo Coen, l’un des membres. Nos enfants étaient heureux avec cette pédagogie et nous avions envie de la partager.» La maison des enfants accueillera donc les petits de 3 mois à 6 ans, à l’angle du chemin de la Ficelle et de l’Avenue Edouard Dapples.

En inscrivant leurs enfants, les parents deviendront membres de l’association (cotisation annuelle: 200 francs) ce qui doit leur permettre de s’impliquer au maximum. «Le but c’est qu’ils apportent leurs savoirs. Moi qui commence une formation en pédiatrie, j’envisage des cours de premiers secours. Comme un comédien pourrait proposer des cours de théâtre par exemple», illustre Tiphaine Arlabosse. Avec ses 19 places, la garderie se veut conviviale et flexible. Ici, pas de règle stricte pour la durée de la sieste, ni d’horaires contraignants pour les parents. «Et nous fonctionnerons sur le principe des groupes transversaux, à savoir que les petits et les grands seront régulièrement mélangés, signale l’avocate de l’association Anny Kasser-Overney. Ce sera un lieu avec différentes cultures, un lieu où parents et enfants pourront tisser des liens.» Quant à l’alimentation, elle est confiée à un traiteur soucieux des produits bio, locaux et de saison.

Organisées le week-end dernier, les portes ouvertes ont connu un joli succès et 24 pré-inscriptions ont déjà été enregistrées. «Pas toutes à temps plein donc il nous reste des places», s’empresse de préciser Anny Kasser-Overney. Quelques bouts de rêve à s’arracher, en somme.

----------

Infos et tarifs www.associationlamaisondesenfants.com

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.