Un pédophile récidiviste inquiète la justice

LausanneLe Tribunal de Lausanne jugeait ce matin un récidiviste plusieurs fois inquiété pour des actes d’ordre sexuels sur des garçons. L’homme ne semble pas réaliser ce qu’il risque.

Image: Gerald Bosshard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Que faire de M., cinquantenaire à la stature molle et imposante, connu des services de police depuis près de vingt ans pour ses amitiés particulières avec les jeunes garçons? Vaudois, boucher de formation, l’homme se présente pour la énième fois devant la justice. Cette fois entre deux gendarmes. Il a été incarcéré en mai dernier en raison de son comportement depuis sa condamnation en 2005 pour attouchements à sept mois avec sursis pendant cinq ans et en raison d’une appréciation inquiétante de la part des psys.

M. encaisse mal le diagnostic de pédophilie. «Pour moi, un pédophile, c’est quelqu’un qui abuse des enfants, qui les viole». De fait, le prévenu n’est pas accusé de pareils actes. On lui reproche aujourd’hui d’avoir attiré chez lui, surtout entre juin et octobre 2010, plusieurs garçons âgés de dix à quinze ans. Cela se passait dans l’Ouest lausannois. Il utilisait notamment son élevage de lapins pour les attirer. M. leur montrait des films pornographiques. Il regardait les jeunes se masturber dans son salon, se masturbant lui-même en leur présence. À de nombreuses reprises, il a proposé aux enfants de leur administrer des fessées contre de l’argent oui des cigarettes. Six victimes ont été identifiées. Cette affaire lui vaudra 55 jours de détention préventive.

Ce printemps, un complément d’expertise tire la sonnette d’alarme. Il y est constaté que les efforts thérapeutiques ambulatoires dont il bénéficie depuis dix ans n’ont pas amené de changement notable dans son comportement.

Par la voix de la procureure Camilla Masson, le ministère public requiert vingt mois ferme pour actes d’ordre sexuels avec des enfants. Et afin de protéger au mieux la société, conformément à l’avis des psys, elle demande que cette peine soit suspendue à la faveur d’un traitement médical en milieu fermé - une mesure qui peut durer cinq ans et être renouvelée en cas de besoin. Verdict mercredi.

Créé: 16.07.2013, 14h47

Dossiers

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.