En perte de vitesse, Modesa doit abandonner ses locaux

LausanneLe magasin qui vend tissus et rideaux au mètre, rue Saint-François, cherche à déménager afin de réduire ses charges

Le magasin Modesa, qui vend du tissus au mètre, quittera la rue Saint-François fin août.

Le magasin Modesa, qui vend du tissus au mètre, quittera la rue Saint-François fin août. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après Cartier, qui a fermé sa boutique de la rue de Bourg en automne 2015, Histoire de plaire, qui lui a emboîté le pas à la rue Centrale en juin dernier, Foetisch Musique qui souffre mais espère tenir le coup jusqu’à la fin de l’année, c’est une nouvelle enseigne d’importance qui doit rendre les armes au centre de Lausanne. Fin août, Modesa, spécialiste de la vente de tissus et de rideaux au mètre, doit avoir quitté ses immenses locaux de la rue Saint-François dont le bail est définitivement arrivé à échéance après avoir été prolongé il y a cinq ans.

La chaîne Modesa, une société anonyme en mains de la famille Frech, des Bernois qui l’ont créée en 1970, a compté jusqu’à onze magasins dans le pays pendant les années fastes, de Genève à Zurich en passant par Bienne et La Chaux-de-Fonds. La succursale lausannoise, qui emploie encore 16 personnes, a été ouverte en 1974. Sur deux étages, les locaux, qui appartiennent à un couple d’outre-Sarine, s’étendent sur plus de 500 m2 et l’on imagine aisément que le loyer est devenu insupportable pour un locataire - qui ne souhaite toutefois pas en articuler le montant - dont le métier, s’apparentant à celui d’un épicier, est devenu de moins en moins rentable.

«La mort dans l’âme»

«Le commerce de détail est partout en perte de vitesse, la confection est devenue très bon marché et notre chiffre d’affaires endure?ainsi une baisse constante depuis plusieurs années. A partir du début des années 90, nous avons commencé à perdre 2 ou 3% par an, mais la dégradation s’est accélérée en 2014 et les deux derniers exercices ont été bouclés avec une baisse annuelle de plus de 20%, précise Markus Frech qui, avec son frère Viktor, ne possède plus que cinq magasins en Suisse, à Zurich, Berne, Bâle, Thoune et Lausanne. Nous ne pouvons donc plus assumer le loyer actuel, mais nous sommes néanmoins à la recherche de locaux moins chers au centre-ville, parce qu’il est exclu que nous puissions survivre en périphérie. Si nous ne les trouvons pas, je vais devoir abandonner Lausanne. Ce sera la mort dans l’âme, mais je n’ai pas d’autre choix.»

Mme Pahud, une cliente

Le scénario est identique à celui qu’a connu la succursale genevoise en 2012. Après avoir fermé les magasins de Bienne et de La Chaux-de-Fonds, Modesa a cherché des locaux moins chers au bout du lac, ne les a pas trouvés, et Lausanne est ainsi devenue, pour quelques années, la dernière enseigne romande de la chaîne.

Une enseigne qui compte encore de fidèles clientes, qui prient désormais pour qu’elle ne mette pas la clé sous la porte, et auprès de laquelle le regretté François Silvant choisissait personnellement les tissus avec lesquels une amie couturière lui confectionnait les tenues de la célèbre Mme Pahud.

Créé: 20.07.2016, 16h36

Articles en relation

Histoire de plaire met la clé sous le paillasson

Prêt-à-porter Une chute brutale des affaires contraint le successeur de Patrick Zekri à fermer ses quatre dernières enseignes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...