Petites méthodes pour rendre Lausanne encore plus verte

NatureNatacha Litzistorf a présenté son concept nature en ville. Grandes directions et mesures concrètes s’y mêlent savamment.

"La création de la prairie du parc de Valency fut l’une des premières mesures à voir le jour à Lausanne lors de l’adoption de l’entretien différencié en 1992. Plus d’herbicides, plus d’arrosage, deux coupes par année... et plus de biodiversité." Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’impératif légal est connu. Il faut densifier à l’intérieur des villes et des centres pour libérer du vert à l’extérieur. Mais la Ville de Lausanne estime que cela ne l’empêchera pas de veiller à maintenir, voire à renforcer la nature sur son territoire.

La responsable écologiste en charge du Logement, de l’Environnement et de l’­Architecture, Natacha Litzistorf, souhaite aujourd’hui se donner les moyens d’y parvenir. Elle a présenté lundi son «concept directeur Nature en ville».

Gros document qui ratisse large, le préavis qui sera soumis prochainement aux élus communaux comporte des mesures originales et très localisées pour lutter contre de grands problèmes: réchauffement climatique, îlots de chaleur, diminution de la biodiversité, et même «désolidarisation de la société et tensions sociales». En voici quelques exemples.

Désimperméabilisation

S’il fallait une preuve que le sol lausannois devrait mieux absorber l’eau, l’orage désastreux de la nuit du 11 juin dernier est arrivé à point nommé. Mais, en plus de protéger contre les inondations, l’infiltration d’eau favorise aussi la biodiversité en permettant la colonisation de nouvelles surfaces par la végétation. Des opérations de «dégoudronnage» vont donc être menées. Dans les parcs notamment. «Mais il faudra évidemment veiller à ce que cela n’entrave pas les personnes à mobilité réduite ou l’accès pour des véhicules d’entretien», souligne Natacha Litzistorf. La mesure permettra aussi de faire économiser de l’argent à la Ville. Une taxe sur les eaux claires fait en effet passer à la caisse les villes en fonction de leur perméabilité.

Haies bien de chez nous

Ce sont des classiques des jardins. Thuya, laurelle, faux cyprès, bambou… tout cela est bien joli mais figure sur la liste noire des espèces «néophytes envahissantes ou suspectées de l’être», expliquent les autorités. Pendant trois ans, la Ville prévoit de soutenir ceux qui choisiront de renoncer à l’exotisme pour privilégier l’indigène entre fusain, charmille, prunellier ou encore aubépine. Le Service des parcs et domaines s’engage à fournir la moitié des nouvelles plantes, cultivées au Centre horticole de la Bourdonnette.

Permis de végétaliser

Une fois n’est pas coutume, Paris inspire Lausanne. La capitale délivre des permis de végétaliser qui visent à reverdir l’espace public. Jardinières, bacs, bas d’immeubles… une demande à la Ville avec un projet concret et hop, on se retrouve jardinier de son coin de ville. Les intéressés pourront aussi recevoir un kit de démarrage et s’engageront en échange à respecter une charte qui fixe l’entretien, l’exigence de biodiversité et l’utilisation de produits non phytosanitaires. Les permis seront valables pour trois ans. Une mesure parmi d’autres qui s’appuie sur la volonté d’engager la population à participer activement au verdissement de la ville. À noter que les privés peuvent aussi, en groupe ou seuls, se faire aider par la Ville pour faciliter le contact entre leur gérance et eux.

Sensibilisation des habitants

La participation passe aussi par la sensibilisation. Un grand site didactique est par exemple au programme entre Sauvabelin et l’Hermitage. Élaboré en collaboration avec le Service de l’enfance, le site servira de «lieu de découverte et de sensibilisation de la nature par excellence». Balades à thème, présence d’un guide les week-ends d’affluence… les activités y seront multiples et variées.

Suivi biologique

Natacha Litzistorf souhaite aussi améliorer la connaissance et le suivi de la faune et de la flore du territoire lausannois. Les politiques publiques seront évaluées, chiffrées. La population sera probablement mise à contribution pour du «bio monitoring». Par exemple en participant à des recensements. L’objectif: parvenir à l’élaboration d’un index de la biodiversité. Ou encore à intégrer la démarche BiodiverCity, déjà testée à Lucerne ou Zurich. Une façon d’appréhender scientifiquement le lien entre biodiversité et bien-être des habitants.

Architecture végétale

On connaît déjà l’encouragement aux toitures végétales. Mais Lausanne souhaite aller plus loin et influencer les promoteurs à l’échelle des règles en matière de construction. Du vert sur les façades, dans les cours intérieures… Des outils légaux pourraient être mis en place pour pousser à la végétalisation aussi bien en cas de rénovation que de nouvelle construction. Pour ses propres projets, la Ville a déjà commencé à donner le ton. «Dans les concours d’architecture et d’urbanisme, le mot commence à passer: nous préférons l’architecture qui intègre du végétal», observe, satisfaite, l’élue Verte.

Créé: 26.09.2018, 07h22

Abattages

La Ville propose 9 séances d’information à la population pour faire le point sur l’abattage d’arbres prévu entre octobre 2018 et mars 2019.

Sont visés, en zone urbaine: 265 arbres malades, blessés ou potentiellement dangereux. Ils seront tous remplacés. Première séance le 26 septembre à 16 h 30 au parc de Valency, puis le 27 septembre à 16 h 30 à l’avenue de la Vallombreuse 10.

www.lausanne.ch/forêts

Un guide écologique

Un tas de feuilles sert de refuge au hérisson. Les orties sont l’environnement qu’une dizaine d’espèces de papillons choisissent très volontiers pour leur ponte. Pourquoi ne pas remplacer son gazon tellement banal par une petite prairie fleurie?

Dans la région lausannoise, les animaux et les plantes ont leurs coins de prédilection mais aussi le besoin de pouvoir se reproduire et de circuler. Un guide du réseau écologique urbain édité par Lausanne et l’Ouest lausannois permet de connaître les différents milieux de ce territoire, ses spécificités.

Et rappelle les gestes qui peuvent favoriser l’existence et le développement de la biodiversité.

www.lausanne.ch/reseau-ecologique

Articles en relation

La revanche des herbes folles sur le gazon

Lausanne La surface de prairies a augmenté de moitié en trois ans. La ville bichonne plus que jamais sa biodiversité Plus...

Des subventions à la pelle pour végétaliser les toits de Lausanne

Nature en ville La Ville a encore plus d’un million à dépenser. Elle encourage le mouvement. Plus...

A Lausanne, il y aura des légumes aux balcons

Alimentaire La politique d’agriculture urbaine de la Ville veut faire le lien entre citadins et fermiers. Objectif: le produire local. Plus...

«Lausanne peut devenir la vitrine de l’agriculture urbaine»

Environnement Natacha Litzistorf veut booster les potagers en ville. La Municipale rêve de synergies avec la recherche et les paysans. Plus...

Rovéréaz, une vraie ferme où pousse du rêve

Lausanne Le domaine agro-écologique du nord de la ville a enfin trouvé son mode de fonctionnement. Place à l’action. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.