Pétition contre une barrière aux abords de l’école

Le Mont-sur-LausanneRépondant aux plaintes de propriétaires, la commune a installé une clôture au Grand Mont. Elle provoque l’ire des parents d’élèves du collège voisin.

«Au lieu de créer un chemin pour les enfants, ils ont mis une barrière», critiquent Anouck Martinet et Alexandre Décombaz, parents de la petite Shanna. Ils font partie des signataires de la pétition.

«Au lieu de créer un chemin pour les enfants, ils ont mis une barrière», critiquent Anouck Martinet et Alexandre Décombaz, parents de la petite Shanna. Ils font partie des signataires de la pétition. Image: A.DZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au Mont-sur-Lausanne, le collège fraîchement rénové du Grand-Mont se situe aux abords immédiats de nombreuses habitations. Une situation idéale qui permettait aux parents de laisser leurs jeunes enfants se rendre tout seuls à l’école, comme des grands. Ce n’est plus le cas depuis la rentrée, après que l’installation d’une clôture rejette les élèves le long de la route. Le voisinage a déposé une pétition largement suivie. «Plus de 90% des habitants (ndlr: quelque 200 signatures) demandent le retrait de cette barrière, ou du moins que de larges ouvertures y soient créées», défend l’élue Francine Etter devant le Conseil communal.

Sur place, la clôture en question n’a rien de bien vilain. Mais elle dresse une séparation nette entre le domaine public et la parcelle d’un immeuble voisin. Plus question pour les petits élèves de traverser ce bout de gazon privé pour rejoindre leur maison. «C’est d’autant plus dommage que ce pré a toujours servi de piste de bob pendant l’hiver», réagit une maman en se rappelant ses souvenirs d’enfance.

Le Conseil communal tranchera

De leur côté, Anouck Martinet et Alexandre Décombaz ont décidé de contourner la clôture le long d’un bout de forêt pour les trajets de leur petite Shanna. Mais le terrain est humide. «Au lieu de créer un chemin pour les enfants, ils ont mis une barrière, dénoncent ces signataires de la pétition. Et après ça râle à l’école parce que les chaussures salissent les sols.»

La pétition sera traitée par le Conseil communal. En attendant, le municipal de l’Urbanisme se dit ouvert à la discussion. Mais il rappelle que l’installation de cette barrière s’est faite dans le strict respect des règlements. «Elle répond aux plaintes exprimées depuis des années par les propriétaires voisins de l’école», explique Christian Menétrey. C’est que les «parents-taxis» avaient pris pour habitude de se garer sur cette propriété privée pour déposer leur petit aux portes de l’école. Des cas d’incivilités auraient également été constatés. «Comme c’est l’usage public de l’école qui cause des désagréments, c’était à la Commune d’y remédier, relève le municipal. Ce qui a été fait par la pose de cette clôture dans le cadre de la rénovation extérieure de l’école.»

Christian Menétrey rappelle toutefois que la route voisine devrait passer en zone 30. Le dossier est en cours de validation dans les services cantonaux. Voilà qui pourrait rassurer quelque peu les parents. En attendant cette mesure, le municipal entend rencontrer les différentes parties. «Nous allons discuter afin de voir si des variantes sont possibles», dit-il. (24 heures)

Créé: 09.10.2017, 07h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...