Passer au contenu principal

Une pétition pour sauver l'Auberge de Sauvabelin

Le Mouvement pour la Défense de Lausanne récolte des signatures contre la destruction du chalet.

La Ville veut détruire la fameuse Auberge de Sauvabelin, qui date de 1891.
La Ville veut détruire la fameuse Auberge de Sauvabelin, qui date de 1891.
ODILE MEYLAN

L’Auberge de Sauvabelin sera détruite entre août et octobre, a annoncé la Ville de Lausanne. Argument principal: tout est à refaire; les coûts seraient exorbitants. Les autorités prévoient sur le site une place de détente avec des stands de restauration mobiles – genre food trucks – et du mobilier pour pique-niquer. «Ce projet veut effacer plus de 100 ans d’histoire et de souvenirs pour de nombreuses générations, s’émeut François Mercanton, président du Mouvement pour la Défense de Lausanne (MDL). Il ne respecte pas les souhaits des Lausannois qui se sont clairement exprimés lors de la démarche participative pour la conservation de l’Auberge.»

Le MDL a fait opposition et lancé une pétition déjà garnie de 1000 signatures. «Un franc succès, relève François Mercanton. Les gens tiennent à cette institution.» L’établissement, ouvert en 1891, est à l’abandon depuis 2015.

«Ce n’est pas de gaîté de cœur qu’on déconstruit, mais c’est pour proposer un projet avec des valeurs ajoutées indéniables pour l’évolution du site, a argumenté la municipale Natacha Litzistorf devant le Conseil communal. Il avait été prévu de rénover cette auberge mais vu son état, on n’arrivait à refaire que le rez avec le montant dévolu. On s’est dit: «Pourquoi ne pas faire autre chose avec une réflexion sur l’ensemble du site?» Elle défend un espace «sobre, simple et plus naturel» («24 heures» du 7 mai).

Pas de quoi séduire François Mercanton. «Quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu’il a la rage… Même après quatre ans d’abandon et un entretien proche de zéro, l’état de l’auberge ne semble pas aussi alarmant qu’annoncé. La Ville ne veut plus investir le 1,8 million prévu pour la transformer mais la place pique-nique coûtera la bagatelle de 900'000 fr. C’est cher pour quelques arbres, places assises et tables…» L’extension de la Pinte voisine est aussi comprise dans ce montant.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.