Pierre Zwahlen claque la porte du PS et veut rejoindre les Verts

PolitiqueLes écologistes rencontreront le député lausannois la semaine prochaine. Pas sûr qu'ils profitent de ce siège «piqué» au PS.

Le député fait sa quatrième législature au Grand Conseil. Mais ne se sent pas «soutenu et reconnu» par ses camarades.

Le député fait sa quatrième législature au Grand Conseil. Mais ne se sent pas «soutenu et reconnu» par ses camarades. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est la fin de 32 ans de militantisme au sein du Parti socialiste vaudois. Pierre Zwahlen, cinquième meilleur de son parti à Lausanne aux dernières élections cantonales, a choisi de quitter sa formation politique. «Par manque de soutien et de reconnaissance de mes camarades», dit-il.

L’élu, qui en est à sa quatrième législature cantonale – avec une pause lors de la législature précédente – assure avoir mûri son choix. Le doute sur son engagement au sein de son parti s’est confirmé au moment de la formation des listes pour les élections, début 2017. «Je me suis retrouvé avant-avant-dernier. Heureusement, le peuple a corrigé cela dans les urnes.» C’est qu’au PS, on place les candidats à l’issue d’un vote interne. «J’ai perçu alors le faible appui de la section à mon égard.»

En juin dernier, alors qu’il propose ses services pour plusieurs commissions, il est «écarté», selon ses termes. Une réaction d’«enfant gâté», lâche un camarade. «Il n’a pas eu celles qu’il voulait, c’est vrai, relate la cheffe de groupe, Valérie Induni. Quand on arrive dans le groupe, c’est parfois un peu frustrant. Il était déçu et je lui ai dit que la roue tourne, qu’il fallait de la patience. Mais il a eu du mal. Peut-être parce qu’il est assez connu. Je tiens à souligner qu’il a par contre été largement soutenu lors de ses interventions parlementaires. Et qu’il a depuis été intégré à la commission des affaires extérieures et à d’autres commissions ad hoc.»

Les efforts de la cheffe de groupe n’y ont rien changé. «Je n’ai pas voulu claquer la porte tout de suite, raconte Pierre Zwahlen. J’ai laissé passer l’été mais la confiance n’est pas revenue.» La section Lausanne a donc pris acte de sa démission, annoncée il y a trois semaines. Sans en avertir son groupe de députés au préalable. «J’ai été étonné, relève Benoît Gaillard, président du PS Lausanne. Il n’a fait aucune démarche en vue d’aborder ce manque de reconnaissance dont il parle, alors que l’épisode de la désignation de la liste remonte à plus d’une année! Or nous sommes un parti où on discute de ces choses.»

Rester député

Le député n’entend pas pour autant lâcher son siège au parlement. «J’ai demandé mon adhésion aux Verts, dont je partage les valeurs et le soutien à la majorité du Conseil d’État», indique Pierre Zwahlen. À noter qu’au moment de sa démission du PS, cette demande n’avait pas encore été faite. Les Verts rencontreront leur potentiel nouveau membre la semaine prochaine. «Nous devons étudier la question et discuter avec lui», dit Alberto Mocchi, président cantonal. Aucun autre commentaire ne sera fait.

Alliance dans l’embarras

Mais ce transfuge met dans l’embarras. Sur le site de l’État de Vaud, Pierre Zwahlen est désormais signalé comme indépendant. C’est que les Verts, en acceptant l’ex-socialiste dans leurs rangs, verraient leur députation augmenter d’un siège, «piqué» aux socialistes. Pas idéal pour l’alliance de gauche.

L’intéressé refuse pour l’heure de commenter la possibilité de rester indépendant. «Il est clair qu’il y a en ce moment une pression du PS sur son parti allié pour qu’il n’accepte pas ma demande d’adhésion. Je trouverais exécrable que cela continue. Si mes anciens camarades m’ont poussé de fait à les quitter, ce n’est pas aux Verts d’en porter la responsabilité.»

Du côté de la section lausannoise, mais aussi du groupe au Grand Conseil, on réfute vouloir faire pression. «Nous lui avons simplement signalé qu’il serait plus correct pour les électeurs qu’il démissionne et qu’il laisse ainsi son siège à un autre socialiste, explique Benoît Gaillard.»

(24 heures)

Créé: 05.03.2018, 18h51

Un détour par Écublens

Pierre Zwahlen est loin d’être un novice, même s’il n’était pas présent au Grand Conseil durant la dernière législature. Il avait été député durant les trois précédentes, sous la bannière lausannoise.

Il a ensuite dû quitter la capitale pour Écublens. «Pour des raisons qui tenaient alors à mon couple.» Dans l’Ouest lausannois il continue d’être très actif et s’implique au PS. «Je suis l’un des artisans de la nouvelle majorité à Écublens», souligne-t-il.

Il revient à Lausanne durant l’été 2015 et réintègre naturellement son ancienne section. «J’avais déjà eu des problèmes avec la section cantonale par le passé mais jamais avec la ville. Cette fois-ci, ça a changé.» Pourtant, la section assure lui avoir fait bon accueil. C’est que l’homme bénéficie d’une certaine aura, doublée d’un réseau touffu.

Ancien président vaudois puis directeur suisse du WWF, ex-porte-parole de Terre des hommes, il est aujourd’hui président de la Fédération vaudoise de coopération (FEDEVACO) mais aussi secrétaire général adjoint à l’Asloca Suisse.

Articles en relation

Joies et désespoirs du Grand Conseil

VD2017 La prime au sortant ne paye pas toujours. Certaines figures se prennent des vestes et de petits nouveaux piquent des places. Plus...

Ancien ado rebelle, toujours frondeur

Portrait Pierre Zwahlen, président de la Fédération vaudoise de coopération. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.