Plaintes après un prêche public ciblant l’homosexualité

LausanneDes propos tenus à la Riponne par un groupe religieux, ont fait bondir certains passants. La Ville condamne.

Au micro, un homme a invité les badauds à condamner l’homosexualité «pour entrer dans la vie éternelle».

Au micro, un homme a invité les badauds à condamner l’homosexualité «pour entrer dans la vie éternelle». Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le stand était discret, les propos un peu moins. Durant l’après-midi du dimanche 10 juin, au sud de la place de la Riponne, plusieurs personnes se sont succédé au micro devant un petit guichet du groupe Juste… chrétien. Des prêches publics dont la teneur a interpellé quelques passants.

Une vidéo tournée sur place montre notamment deux hommes s’exprimant successivement devant une assistance toute relative. Dans les deux cas, il est question des voies à éviter dans la vie. Le premier explique: «J’ai compris que mes péchés, ma masturbation, ma pornographie, mes mensonges m’éloignaient de Dieu et qu’il voulait que je me repente, que j’abandonne mes mauvaises voies.» Le second conseille: «En ce qui concerne l’homosexualité, si vous voulez un jour entrer dans la vie éternelle, vous devez prendre la décision de condamner ce péché dans votre vie et de vous détourner de cette voie.» Cette partie du prêche est remontée jusqu’aux oreilles de la Municipalité.

«Je condamne fermement ce dénigrement public des homosexuels, réagit le municipal Pierre-Antoine Hildbrand. Le Code pénal sanctionne les injures et les autorisations de manifester n’exonèrent en aucun cas les auteurs de tels propos. Tout propos injurieux envers des individus ou des communautés est à proscrire.» L’article 177 du Code pénal indique en effet que «celui qui aura, par la parole, l’écriture, l’image, le geste ou par des voies de fait, attaqué autrui dans son honneur sera, sur plainte, puni d’une peine pécuniaire de 90 jours-amendes au plus.»

Le prosélytisme religieux sur la voie publique exige quant à lui une autorisation de manifester, délivrée par le Service de l’économie. En ce qui concerne le groupe en question, elle l’a été le 29 mai pour «la tenue d’un stand de diffusion d’idées et pour l’interprétation de chants chrétiens». Cette autorisation concernait les dates du 2, 9 et 10 juin, toujours à la Riponne. «La Municipalité doit préserver la liberté d’expression et permettre la diffusion d’idées de toute nature sur le domaine public, pour autant que celles-ci ne contreviennent pas au cadre légal, ne soient pas de nature à troubler l’ordre public ou à heurter la sensibilité du public», précise Pierre-Antoine Hildbrand. Des dispositions inscrites dans le règlement général de police de la Commune de Lausanne.

Sur ce point, la Ville annonce avoir reçu trois plaintes orales à la suite des prêches. Deux portaient sur les nuisances sonores, la troisième sur les propos eux-mêmes. «Une attention particulière sera portée au contenu des messages diffusés et les mesures appropriées seront entreprises si des infractions devaient être constatées», conclut le municipal. (24 heures)

Créé: 18.06.2018, 22h32

Articles en relation

L’Église protestante crée un groupe d’accueil de jeunes homosexuels

Spiritualité Six ans après la bénédiction des couples partenariés, l’institution fait un pas de plus pour l’intégration des minorités sexuelles. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...