Passer au contenu principal

Le PLR demande le gel des taxes en Ville

Pour aider l'économie, un report des émoluments et autres loyers de la Ville serait bienvenu, selon les libéraux-radicaux lausannois.

Philippe Miauton, président du PLR Lausanne
Philippe Miauton, président du PLR Lausanne
Keystone

Le PLR Lausanne appelle au dialogue entre les autorités et acteurs économiques pour faire face à la pandémie et ses conséquences sur l’économie. Largement minoritaires à Lausanne, les libéraux-radicaux demandent à la Municipalité de surseoir aux taxes, loyers et autres factures de gaz.

Dans un communiqué diffusé ce jeudi matin, le PLR écrit: «Parce qu’elle représente un bassin de population important et qu’elle est le principal centre économique du canton, Lausanne subit cette crise de plein fouet. Tourisme, événementiel, restauration et hôtellerie, entreprises et indépendants: la situation est extrêmement préoccupante».

Pas une critique

Le président du PLR Lausanne, Philippe Miauton, prévient d’entrée que ce n’est pas une critique contre la Municipalité. «On se rend bien compte de la situation. La Ville a peu de marge de manoeuvre. Les décisions sont principalement prises au niveau du Conseil fédéral et après, dans une moindre mesure, par le Canton. La Commune est le dernier échelon politique, mais elle peut quand même prendre quelques mesures pour soulager principalement les indépendants, comme cela a été fait à Genève».

D’entente avec les requêtes des associations professionnelles, notamment GastroLausanne, le PLR demande aux autorités municipales le «gel immédiat» de toutes taxes, émoluments et impôts, le report des échéances des factures d’eau, de gaz et d’électricité pour les indépendants, mais aussi l’octroi de délais de paiement pour les montants des loyers des baux détenus par la Ville. «Nous ne demandons pas la gratuité, précise encore Philippe Miauton, également secrétaire général de la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie. Nous demandons simplement un report, le temps que la crise soit passée.» La numérisation, «dans la mesure du possible», de toutes les procédures administratives de la commune est aussi souhaitée, «afin de préserver la santé des fonctionnaires et des habitants».

Enfin, les acteurs économiques entre eux sont invités à collaborer en accordant des sursis et des rabais sur les fournitures et les services lorsque c’est possible. «A la solidarité sociale et sanitaire doit s’ajouter la solidarité économique», écrit le PLR Lausanne.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.