Ces poilus et tommies qui reposent face aux Alpes

Esprit des lieux Si le souvenir de la Grande Guerre se fait plutôt discret dans notre pays, deux endroits à Lausanne et à Vevey témoignent toutefois de cette période.

Au Bois-de-Vaux, à Lausanne, l’obélisque du souvenir français est un caveau inauguré en 1925, où reposent près 
de 80 soldats français ou belges, souvent envoyés en convalescence en Suisse où ils sont décédés.

Au Bois-de-Vaux, à Lausanne, l’obélisque du souvenir français est un caveau inauguré en 1925, où reposent près de 80 soldats français ou belges, souvent envoyés en convalescence en Suisse où ils sont décédés. Image: VHQ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas de vaste et souvent sinistre «nécropole nationale» comme Verdun ou Notre-Dame-de-Lorette. Encore moins de petites stèles devenues banales le long des routes et des anciens champs de bataille. En fait, chez nous, rien ou presque. En Suisse, le souvenir monumental des horreurs de la Grande Guerre passe par de discrets et austères monuments aux morts, érigés dans les années 20 à 30 par les Communes pour porter les noms des quelques mobilisés victimes en quasi-totalité d’accidents ou de maladie durant le conflit. Souvent placés dans un coin, ils revivent le temps du 1er Août, et c’est tout.

Couronnes et patriotisme

La Der des Ders a toutefois laissé quelques autres souvenirs dans la neutre Helvétie. Deux sont dans le canton de Vaud. Le premier est à Lausanne. «Pouvez pas le louper, explique, penché sur un bosquet, le jardinier du cimetière du Bois-de-Vaux. Première à gauche, puis l’allée centrale. Au point d’eau, à gauche.» Et là, au milieu du ballet discret des veuves du dimanche, se dégage l’obélisque du souvenir français. Classique. Victorieux. Pur style des années 20.

De discrètes couronnes. Du patriotisme exacerbé en somme. Refait à neuf récemment, il comporte les noms des volontaires suisses de 1914 ainsi que ceux des Français de Lausanne mobilisés, et non revenus du front. Des noms d’ici. Ducrot, de Montreux, tombé à Perthes-lès-Hurlus comme beaucoup d’autres. Allaz, de Goumoens-la-Ville, volontaire à Marseille mort de ses blessures à l’hôpital de Chambéry. L’ensemble est encadré de thuyas, et s’attend à recevoir le grand raout de la visite du 11 novembre prochain. En réalité, c’est un caveau.

Ce monument est inauguré en grande pompe en novembre 1925 par les autorités et la colonie d’expatriés dans le climat de francophilie d’après-guerre. L’œuvre est de Charles Schulé, un Genevois installé en France et engagé auprès de la Croix-Rouge durant le conflit, et d’Albert Doll, tous deux réalisateurs de la gare de Mulhouse. Mais sous la stèle, reposent en fait près de 80 corps. Ce sont ceux des internés de 14-18, les prisonniers français et belges envoyés en convalescence en Suisse par l’Allemagne, et dont plusieurs ont finalement succombé. Ils rejoignent les restes des Bourbaki de 1871, d’abord inhumés à la Pontaise, puis à Montoie dans une tombe collective avant d’être exhumés en 1927. Aucune fleur, aucun regard des rares passants. La pierre comme la mémoire semblent ici s’effacer dans le décor.

«C’est difficile de pas avoir un pincement au cœur quand on lit les âges»

Changement d’ambiance à Vevey: ce sont des Anglais qui reposent au milieu d’un joli rectangle de buis taillés au cordeau. Les stèles blanches sont parsemées de roses, au milieu d’une pelouse incroyablement trop verte et fournie après des mois de sécheresse. Pas de doute. C’est un coin de champ étranger, comme se plaisent à dire les jardiniers de Sa Majesté, qui est pour toujours anglais. «On reçoit des instructions précises de l’organisme du Commonwealth en charge des cimetières (ndlr: le Commonwealth War Graves Commission): la bordure est taillée à 45 cm d’un côté et 15 de l’autre trois fois par an, les stèles traitées par un produit biologique qui enlève les lichens. C’est très anglais», sourit Éric Maillefer, responsable du cimetière Saint-Martin.

«Le travail n’est pas énorme mais on ne doit rien louper. Il y a deux inspections et deux cérémonies par année. C’est très spécial. On sent une fierté d’être Anglais et beaucoup d’émotion. On en a aussi en lavant les stèles. C’est difficile de pas avoir un pincement au cœur quand on lit les âges.» Une mise en scène du souvenir implacable, qui semble prévue pour servir de décor aux cornemuses. Le coin est fréquenté. Des chats, quelques oiseaux qui se reposent sur la grande croix centrale. «C’est ravissant, bien entretenu», sourient deux passantes. Les bavardes et touchantes épitaphes du Commonwealth laissent en effet deviner le parcours de vingt victimes de la Grande Guerre, tous internés entre Constance et Leysin, et souvent jeunes engagés à l’exception d’un brigadier général de 60 ans.

Parmi eux, quelques gurkhas, canadiens et néo-zélandais. Une majorité de fantassins faits prisonniers dans les Flandres. Une exception toutefois. James Turner, soutier de Sydney. Son cargo, le «SS Matunga», faisait route vers la Nouvelle-Guinée, avec des tonnes de charbon et des bouteilles de liqueur pour les copains, quand il a été intercepté par l’allemand «SMS Wolf», un bâtiment civil armé. Le piège. Prisonniers, l’équipage est débarqué en actuelle Papouasie puis transféré dieu sait comment en Allemagne. L’Australien tombe malade dans les camps. Il est transféré fin 1918 à Interlaken, où il décède de malaria et de la grippe.

Créé: 11.11.2018, 10h59

Articles en relation

Quand des Suisses partaient dans les tranchées

Centenaire 14-18 C'est une page méconnue de l'histoire suisse. Des centaines de gars de chez nous sont partis combattre sous uniforme français. Près de 2000 ne sont pas revenus. Voici leur histoire. Plus...

La Grande Guerre se gagne d'abord en cuisine

Spécial 11 novembre Les combats dans les tranchées ont modifié l’alimentation des poilus, mais aussi celle des civils à long terme. Boîte de conserve ou pinard au menu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.