Passer au contenu principal

La police lausannoise enchaîne les patrouilles

Les forces de l'ordre de la capitale vaudoise arpentent régulièrement le centre-ville pour rappeler les règles de sécurité sanitaire à la population pendant la pandémie de Covid-19.

Les agents n'ont rencontré que des petits groupes de moins de cinq personnes ce samedi après-midi à Lausanne.
Les agents n'ont rencontré que des petits groupes de moins de cinq personnes ce samedi après-midi à Lausanne.
Keystone

Les policiers lausannois veillent au grain pour faire respecter les consignes face au Covid-19. Ils enchaînent les patrouilles pour rappeler les règles à la population et sanctionner les récalcitrants.

Samedi après-midi, accompagnée d'un photographe de Keystone-ATS, une patrouille de deux policiers a arpenté le centre-ville de Lausanne, les parcs et le bord du lac. Elle n'y a rencontré que des petits groupes épars, composés de moins de cinq personnes, la limite autorisée.

Lorsque des personnes sont trop proches, les policiers leur demandent s'ils habitent ensemble. Et si ce n'est pas le cas, ils leur rappellent qu'ils doivent se tenir à une distance de deux mètres.

Cette patrouille n'a dû sanctionner aucun badaud samedi après-midi. Il faut dire que les Lausannois étaient très majoritairement restés chez eux, en dépit d'une météo printanière.

Inquiétudes avec les jeunes

Vendredi, la conseillère d'Etat Béatrice Métraux a relevé que la population vaudoise respectait largement les directives. La cheffe du Département de la sécurité a toutefois reconnu «une grande inquiétude» au sujet de certains jeunes, peu soucieux des règles.

«Certains comportements à risque viennent de gens qui se sentent à l'abri. Or tout le monde peut tomber malade et avoir besoin d'une assistance respiratoire», a prévenu sa collègue Nuria Gorrite, présidente du gouvernement vaudois.

Jacques Antenen, commandant de la police cantonale, a expliqué que la mission était compliquée avec certains groupes de jeunes, ceux-ci désignant un «guet» et s'éparpillant dès que la police était en vue.

Depuis le 17 mars, 229 amendes d'ordre ont été délivrées dans le canton de Vaud, selon le dernier pointage publié vendredi. Pour les cas plus graves, la police a procédé à 39 dénonciations, dont plus de la moitié pour des mineurs ou jeunes adultes. «Nous allons sévir de plus en plus», a averti Jacques Antenen.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.