Passer au contenu principal

Le pont provisoire sur la Vuachère amené à durer

L’ouvrage qui relie Pully par le bord du lac avait été emporté par la crue du siècle, en juin dernier. Travaux prévus mi-2020.

La passerelle provisoire a été installée peu après les inondations de l'été 2018
La passerelle provisoire a été installée peu après les inondations de l'été 2018
VANESSA CARDOSO - A

Il est sans doute l’un des derniers vestiges de la crue du siècle, ce déluge qui s’est abattu sur Lausanne en juin 2018. Sous la pression des flots, le petit pont qui enjambe la Vuachère à son embouchure, à la hauteur de la tour Haldimand, n’a pas résisté. Il a vite été remplacé par une structure provisoire, qui durera encore au moins jusqu’à la fin de l’année.

La passerelle piétonne sur la Vuachère relie les communes de Lausanne et de Pully. Ce sont elles qui sont chargées de son financement. Mais les choses sont visiblement plus compliquées que la simple signature d’un chèque pour commencer les travaux de reconstruction.

«Dans le cadre de son projet de renaturation des berges, Pully poursuit le dialogue avec les riverains. La finalisation de celui-ci donnera aux deux communes les informations complémentaires nécessaires à la définition et à la construction d’une nouvelle passerelle définitive», explique Patrick Étournaud, chef du Service lausannois des routes et de la mobilité.

Du côté de Pully justement, on dit saisir l’opportunité de la démolition de la passerelle pour repenser les berges de la Vuachère, notamment en rendant le cours d’eau plus évasé à son débouché sur le lac. Une renaturation qui permettrait le retour d’espèces qui ont besoin de ces haltes, et pourquoi pas les castors.

Thierry Lassueur est le chef du Service pulliéran des travaux et des Services industriels. «Nous sommes en discussion avec un dernier propriétaire à qui nous demandons la cession d’environ 200 mètres carrés de terrain.» Pully devrait être fixé dans les trois mois. Les autorités connaîtront alors la largeur exacte de la Vuachère à son embouchure, et donc quel pourrait être le projet architectural de la future passerelle. «On se donne le temps de bien faire les choses.»

Si le calendrier est respecté, les travaux de reconstruction pourraient débuter au milieu de l’année prochaine.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.