Passer au contenu principal

La position des communes sur Uber indigne Unia

La reconnaissance de la société comme centrale d’appel révolte le syndicat. Il dénonce «un blanc-seing totalement irresponsable».

Uber est considéré comme un central d'appel et non comme un service de transports. Une décision vivement critiquée par Unia.
Uber est considéré comme un central d'appel et non comme un service de transports. Une décision vivement critiquée par Unia.
Florian Cella

Mardi, l’Association de communes de la région lausannoise pour la réglementation du service des taxis annonçait reconnaître la société Uber en tant que centrale d’appels. Une décision qui n’a pas tardé à faire bondir le syndicat Unia, ce dernier réagissant vivement dans un communiqué publié jeudi. «La reconnaissance d’une centrale d’appels dont le siège est à l’étranger ouvre aujourd’hui la porte du marché lausannois à tous les acteurs internationaux, sans aucun moyen de contrôle. Pis, elle accorde un blanc-seing à une société qui ne respecte pas, et ce de manière récurrente, le cadre légal en vigueur dans notre pays», attaque Unia. La décision est ainsi jugée «totalement irresponsable» et assortie d’une «communication d’une naïveté déconcertante».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.