La première bibliothèque interculturelle de Suisse a 30 ans

RenensAvec ses 35'000 ouvrages en 282 langues, la première bibliothèque interculturelle de Suisse est devenue un véritable outil d’intégration.

Parmi de multiples activités, Globlivres propose chaque mois un après-midi de contes pour enfants en français.

Parmi de multiples activités, Globlivres propose chaque mois un après-midi de contes pour enfants en français. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il y a trente ans, on ne trouvait pas d’ouvrages en espagnol par ici. Il fallait aller à l’étranger!» Monica Prodon se rappelle bien pourquoi elle a créé à Renens la toute première bibliothèque interculturelle de Suisse. Originaire de Bolivie, elle s’est lancée dans l’aventure avec Elena Borio, qui a ses racines en Italie, et une enseignante renanaise, Claire-Lise Lavanchy. «C’était d’abord pour satisfaire nos propres besoins. Je cherchais des livres dans ma langue. Elena voulait pouvoir transmettre sa culture à ses enfants. Et Claire-Lise souhaitait proposer des lectures dans leur langue à ses élèves.»

Depuis sa création en 1988, Glob­livres est devenue une véritable institution dans l’Ouest lausannois et au-delà, avec pas moins de 35'000 ouvrages en 282 langues et 32 systèmes d’écriture. C’est que désormais, les rayons les plus fournis ne proposent plus des livres en espagnol ou en italien, mais en albanais, en serbo-croate, en tamoul et en persan. Depuis longtemps, la bibliothèque assume pleinement son rôle pour favoriser l’intégration des étrangers, et notamment ceux qui viennent tout juste d’arriver dans la région: «Cela leur donne des repères. Ils se sentent reconnus, car ils voient qu’une partie de leur identité est aussi présente en Suisse.»

Devant le rayon des livres en amharique, une jeune femme emporte sous le bras une série de contes pour enfants. «C’est pour faire la lecture à ma fille avant de dormir.» Venue d’Éthiopie il y a deux ans, elle a découvert Globlivres il y a peu. «Jusque-là, je ne connaissais aucun endroit où trouver des livres dans ma langue. J’en prends aussi pour moi!» Si une partie des ouvrages sont des dons des lecteurs eux-mêmes, la plupart ont été acquis au fil des ans dans des foires aux livres par les responsables de la bibliothèque. On y fait des découvertes insolites, comme cet ouvrage de l’écrivaine vaudoise Marie-Magdeleine Brumagne, édité en géorgien.

Mais Globlivres, ce n’est pas que des bouquins. C’est aussi un riche programme d’activités, notamment des après-midi de contes en français, des rencontres où les parents font la lecture à leurs enfants dans leur langue maternelle, ou encore des cours de conversation pour adultes. C’est enfin une idée qui en trente ans a eu un large écho hors du canton de Vaud. «Il y a aujourd’hui une vingtaine de bibliothèques interculturelles en Suisse. Elles ont toutes leur origine ici!» sourit Monica Prodon.


6 et 7 octobre
Pour ses 30 ans, Globlivres organise un week-end de concerts et animations à la Ferme des Tilleuls, à Renens.
www.globlivres.ch

Créé: 04.10.2018, 19h16

Articles en relation

Le feu à la bibliothèque est d’origine criminelle

Lausanne La police a repéré deux départs de feu, dans deux pièces distinctes. Le ou les auteurs ont tenté de forcer un coffre-fort et fouillé des tiroirs. Plus...

La bibliothèque «idéale» ouvrira bientôt à la place de la Sallaz

Lecture Ce n’est que la deuxième fois que Lausanne participe à la conception d’une bibliothèque. Ouverture prévue le 4 janvier. Plus...

Quatre bibliothèques de La Côte offrent la gratuité pour tous

Culture Désormais, emprunter un livre ou une vidéo ne coûte plus un centime dans les bibliothèques de Nyon, Gland et Rolle. Plus...

Éclosion d’une bibliothèque féministe

Lausanne Un nouveau lieu peu commun permet de partager des livres sur les questions de genre. Les hommes ne sont pas tous les bienvenus. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.