Dès ce printemps, l’espace assigné aux prostituées va se ratatiner

LausanneLe périmètre de racolage réduit entrera en vigueur dans quelques mois. Les toilettes publiques sont déjà à l’enquête.

L’entrée en vigueur du périmètre restreint durant une période de l’année où les prostituées sont nombreuses doit permettre de juger rapidement d’éventuelles difficultés.

L’entrée en vigueur du périmètre restreint durant une période de l’année où les prostituées sont nombreuses doit permettre de juger rapidement d’éventuelles difficultés. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le retour des beaux jours fera fondre le périmètre dédié à la prostitution de rue, à Lausanne. Votée il y a près d’un an par le Conseil communal, la réduction de la zone de racolage (de 1700 mètres linéaires à 700 mètres linéaires) entrera en vigueur en avril ou en mai. Un peu plus tard que prévu, notamment en raison des autres travaux menés dans le quartier de Sévelin. Signe que les choses avancent, le projet de construction de toilettes publiques au cœur du quartier est actuellement à l’enquête. C’est l’une des mesures censées améliorer les conditions sanitaires sur place, tout comme l’élaboration de conventions de nettoyage.

Risques connus

Dans les semaines à venir, la Municipalité mettra aussi l’accent sur la communication. «L’entrée en vigueur du nouveau règlement va s’accompagner d’une information aux habitants, aux acteurs du quartier et aux commerçants, annonce le municipal de la Sécurité Pierre-Antoine Hildbrand. Elle se fera en collaboration avec la police et l’association Fleur de Pavé, tandis que l’Observatoire de la sécurité sera chargé du suivi. Il devra réunir les concernés et faire remonter les remarques, ce n’est pas uniquement un outil policier.»

L’annonce de cette réduction de périmètre avait suscité des craintes chez les prostituées et ceux qui les défendent. Parmi les risques mentionnés: une concurrence accrue débouchant sur une guerre tarifaire, des conflits entre les différentes ethnies ou encore la marginalisation de personnes tentées d’aller exercer en périphérie. «Nous œuvrerons auprès des professionnelles pour les informer, les accompagner et observer les conséquences heureuses ou moins heureuses», commente Sandrine Devillers, directrice ad interim de Fleur de Pavé. L’entrée en vigueur de cette zone restreinte durant une période de l’année où les prostituées sont nombreuses doit permettre de juger rapidement d’éventuelles difficultés.

Dialogue et tolérance

L’association a également attiré l’attention des autorités sur le cas des personnes transsexuelles. «Sur le périmètre existant, cette population se met à part. Tout comme il y a des regroupements par ethnies. C’est plus simple pour les clients intéressés par leurs prestations et il y a peut-être des questions d’accointances ou de ressenti commun», analyse Sandrine Devillers. Il faudra donc gérer au mieux la future promiscuité. «La crainte de Fleur de Pavé est notamment que la réduction de la zone repousse des travailleuses du sexe vers le secteur actuellement occupé par des personnes transsexuelles, indique Pierre-Antoine Hildbrand. Néanmoins, la Police, via la Brigade des mœurs privilégiera le dialogue à la répression.»

À noter que d’autres aménagements seront effectués en lien avec la restriction de la zone de racolage. Le régime de circulation au sein du périmètre sera repensé. Une borne rétractable sera par exemple mise en place pour «éviter les embouteillages et le parcage dans certaines zones», explique Pierre-Antoine Hildbrand. À terme, un ascenseur sera aussi installé entre Sébeillon et Sévelin. «Ce n’est pas uniquement lié à la prostitution, plutôt à la volonté de favoriser la mobilité douce au sein du site. Beaucoup de riverains pointent les nuisances dues aux rotations des voitures et préféreraient une clientèle à pied, mais le peu d’aménagements pour les prestations le permet difficilement.» (24 heures)

Créé: 24.01.2018, 07h07

Articles en relation

Confiner les prostituées, une décision à risques

Lausanne Fleur de Pavé, association qui défend les droits des travailleurs du sexe depuis vingt ans dans le canton, a listé les problèmes que causerait la réduction du périmètre de prostitution. Plus...

Un local, mais moins de rues pour les prostituées lausannoises

Projet La Ville soutient l’installation d’une structure d’accueil fixe, mais interdit le racolage à la rue de Genève. Plus...

La zone de prostitution lausannoise sera massivement réduite

Vote Les élus ont accepté la proposition qui éradique le racolage de la rue de Genève notamment. Malgré une opposition marquée des Verts et de l'extrême gauche. Plus...

L’alliance de gauche va trembler durant le débat sur la prostitution

Lausanne Le nouveau périmètre autorisé pour le racolage est jugé insuffisant par les Verts et l’extrême gauche. Ils veulent par ailleurs un lieu de passe. Le PS ne les suit pas. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...