Prise en pleine tempête à cause d’une barrière sur les voies

Lausanne - Echallens - BercherUne bourrasque a interrompu la circulation des trains pendant une heure jeudi et bien gâché la soirée de certains passagers.

Jeudi soir, une bourrasque a arraché une barrière sur le chantier bordant les voies du LEB à Union Prilly (image d’archive), provoquant l'interruption de la circulation des trains durant une heure et le début d'une longue série de mésaventures pour certains passagers

Jeudi soir, une bourrasque a arraché une barrière sur le chantier bordant les voies du LEB à Union Prilly (image d’archive), provoquant l'interruption de la circulation des trains durant une heure et le début d'une longue série de mésaventures pour certains passagers Image: Vanessa Cardoso - a

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On ne sait toujours pas si le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut vraiment provoquer une tornade au Texas, mais la bourrasque qui a propulsé une barrière de chantier sur les voies du Lausanne-Echallens-Bercher (LEB) jeudi a sérieusement chamboulé la rentrée à domicile d’Aurélie Girardier Arraji. Montée dans le train de 19h03 au Flon, elle est arrivée chez elle à Rueyres trois heures plus tard. Et au prix d’une demi-heure de marche avec sa petite fille de 2 ans, de nuit et en pleine tempête.

«J’ai été choquée par le manque d’humanité de certaines personnes»

Douze heures après sa balade nocturne forcée, la jeune maman reste marquée, principalement, par le manque d’humanité de certaines personnes croisées au fil de ses déboires. «Deux choses m’ont choquée: que parmi les personnes présentes au chaud à la gare d’Echallens, alors que nous attendions sur le quai, personne ne soit sorti pour nous transmettre des informations ou s’enquérir de notre situation. Et qu’un passager ait insulté un conducteur qui ne pouvait rien à la situation et qui, au contraire, était la seule personne à tenter de nous aider.»

Attentes multiples
Mais revenons au point de départ de l’histoire. «Le train s’est arrêté et le chauffeur nous a avertis de ce qui se passait. Ensuite, on nous a dit qu’un bus allait nous prendre en charge. Nous sommes donc descendus et avons été attendre de l’autre côté de la rue, déjà sous la pluie.»

Au bout d’un moment, une dame annonce toutefois qu’en raison des travaux, le bus attend finalement les passagers à l’arrêt suivant, Prilly-Chasseur. Les passagers se déplacent donc à pied et montent, soulagés, dans un bus indiquant «Bercher». Mais il s’arrête à Romanel. «On nous a dit «Il faut descendre». On est allé attendre sur le quai, sans information.»

Quand le convoi apparaît, les «naufragés» pensent que leurs déboires sont enfin terminés. Mais l’attente va reprendre en gare d’Echallens. «En arrivant là-bas, on nous a dit qu’un train pour Bercher allait arriver. Après de longues minutes d’attente, c’est toutefois un conducteur qui est venu nous dire qu’il nous emmenait en train. Malheureusement, il s’est fait recevoir par une bordée d’insultes. Il est donc reparti en nous laissant en plan. On n’y croyait pas.» Les passagers pour Bercher ont donc finalement attendu le train régulier suivant, qui les a déposés au terminus… plus de 2h30 après leur départ de Lausanne. «Trop tard pour attraper le dernier bus. Nous avons donc fini notre trajet à pied.»

De tout cela, Aurélie Girardier Arraji garde un sentiment de grande désorganisation. «Par contre, je n’en veux absolument pas aux conducteurs. Au contraire, c’est toujours eux qui ramassent.» Visiblement, même quand ils essaient d’aider.

Créé: 15.12.2017, 19h20

Articles en relation

Le hameau des Crosets coupé du monde pour un jour

Chablais valaisan Un éboulement a bloqué la route dès jeudi. Habitants et touristes ont soit crapahuté en forêt, soit été recueillis pour la nuit. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...