Des produits menstruels gratuits dans les écoles?

LausanneL’association Rowenna demande que des protections soient fournies pour briser le tabou des règles et lutter contre la taxe rose.

Les membres de l'association Rowenna ont pris part à la grève des femmes du 14 juin en mettant déjà en avant la thématique des produits menstruels.

Les membres de l'association Rowenna ont pris part à la grève des femmes du 14 juin en mettant déjà en avant la thématique des produits menstruels. Image: Rowenna

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Rowenna veut en finir avec «le tabou et l’injustice des règles». Cette association féministe (lire l’encadré) née en 2018 s’engage pour que des produits menstruels soient mis à disposition gratuitement dans les toilettes des collèges et gymnases de Lausanne. Sa pétition en ligne compte plus de 3200 signatures.

Les objectifs sont multiples, expliquent Élise Dottrens, Elyse Persoz et Virginie Da Costa, les trois membres du comité de Rowenna. «Déjà, il faut permettre aux jeunes filles d’en parler, ce qui est peut-être plus simple autour d’un distributeur. Le fait que ce soit tabou met les adolescentes dans des situations inconfortables alors que c’est déjà une phase compliquée psychologiquement. Et puis il y a toute une éducation à faire, car certaines jeunes femmes sont démunies face à ce phénomène. Elles ne savent pas ce que c’est, pourquoi elles ont mal, s’il faut consulter…»

Question d’égalité

Lors de la grève des femmes du 14 juin dernier, les militantes de Rowenna ont défilé à Lausanne en brandissant une banderole barrée du cri «La cup est pleine». Car la visée du projet est aussi égalitaire. «Les produits d’hygiène menstruelle sont taxés comme des produits de luxe à 7,7% (ndlr: car non considérés comme des produits de consommation courante), rappelle Élise Dottrens. C’est une profonde injustice et une forme de discrimination par rapport à ceux qui n’ont pas de règles, mais ça pose également de gros problèmes d’accessibilité.»

Sur les flyers qu’elle distribuait durant la grève, l’association posait notamment cette question: as-tu déjà dû choisir entre acheter à manger ou des protections hygiéniques? «Tout le monde doit avoir droit à ces produits, les très jeunes filles qui ont peu d’argent comme les femmes qui ont des difficultés financières», défend Elyse Persoz. Quelques initiatives isolées existent dans les établissements scolaires, précise-t-elle. «Mais elles sont le fait d’enseignantes proactives.»

À noter que le thème fait aussi l’actualité en France, où le gouvernement réfléchit à une «stratégie de lutte contre la précarité menstruelle». Il envisage notamment d’expérimenter la gratuité des protections dans certains lieux publics.

Bon accueil de la Ville

Pour défendre leur projet, les membres de Rowenna rencontreront le Canton à l’automne. Plus précisément son Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire. Contactés, ses responsables estiment «prématuré» de se prononcer sur l’idée aujourd’hui.

L’association entend aussi prendre contact avec la Ville de Lausanne. Son municipal, David Payot, est plus disert. «Je n’ai pas été informé directement de la démarche de Rowenn, mais la réflexion est pertinente, notamment en lien avec la problématique de la taxe rose, réagit l’élu. Si ça devait aboutir, il faudrait réfléchir à la manière de le mettre en œuvre. Par des distributeurs ou par l’intermédiaire des infirmières scolaires avec qui les élèves pourraient alors échanger sur le sujet.»

Les membres de l’association entendent aussi peaufiner le projet. «Est-ce qu’on le teste d’abord dans certains établissements? Comment les choisit-on? Quelle tranche d’âge doit-on cibler en premier?» Et si le concept fonctionne à Lausanne, Rowenna aimerait ensuite l’étendre. «Viser d’autres villes mais aussi réfléchir à la promotion de produits plus écologiques, par exemple.»

Créé: 19.07.2019, 06h50

Des actions multiples

L’association Rowenna c’est quoi?

L’association s’inspire de Rowenna Serdaigle d’«Harry Potter», dont la maison réunit des élèves reconnus pour leur intelligence et leur créativité. Ses fondatrices évoquent un «espace d’émancipation féminine».

Elles publient des textes dans des revues féministes et sur le site www.ro-we-nna.com. Des conseils de lectures y côtoient des rebonds sur l’actualité ou des articles informatifs. L’association réfléchit aussi à la mise en place d’une visite guidée de Lausanne, en septembre, sous l’angle féministe.

Et un atelier d’«empouvoirement menstruel», pour reprendre le terme anglais empowerment, sera organisé en octobre. Il s’agira d’échanger sur la thématique et de fabriquer ses propres serviettes réutilisables en tissu.

Articles en relation

Les syndicats exigent du concret après le 14 juin

Grève des femmes L'USS espère transformer l'énergie de la grève en résultats. Les employeurs publics en particulier seront sous pression. Plus...

Les cheffes de services restent rares à l’Etat de Vaud

Administration cantonale La grève du 14 juin a remis en lumière la question de la place des femmes parmi les hauts cadres de l’Etat. La majorité féminine au Conseil d’Etat peine à inverser la tendance. Plus...

Les guettes ont appelé Lausanne à une nuit mauve

Grève des femmes Du haut de la cathédrale, quatre femmes ont lancé la mobilisation du 14 juin. Un cri inédit, relayé une bonne partie de la nuit avant la grande journée de vendredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.