Un projet de barrage sur le Rhône divise les Verts

LausanneLe Conseil communal a accepté une participation à hauteur de 8 millions pour un aménagement hydroélectrique à l'issue d'un gros débat.

Le Rhône à la hauteur de Massongex.

Le Rhône à la hauteur de Massongex. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le débat a démarré, ce mardi soir au Conseil communal de Lausanne, par un long plaidoyer de la conseillère communale Marie-Thérèse Sangra. Selon l'élue des Verts, qui est aussi chargée d'affaire au WWF, le projet de barrage hydroélectrique sur le Rhône à Massongex-Bex est inacceptable au regard de l'urgence de préserver la biodiversité.

Le récent rapport international sur le sujet vient de démontrer à quel point elle est menacée et la Suisse est particulièrement concernée. Ce projet de barrage, dont Lausanne se veut partenaire à hauteur de 8 millions, impliquera des modifications sur le fleuve néfastes, selon l'élue, à la faune et en contradiction avec la politique de revitalisation menée dans le cadre de la troisième correction du Rhône.

L'avis expliqué avec force détails n'avait pourtant pas l'assentiment de l'entier du groupe Vert et encore moins celui du municipal écologiste Jean-Yves Pidoux, qui porte le dossier. Avant d'en arriver au vote final où les élus ont choisi d'accepter le préavis (à 61 contre 15 avec 6 abstentions), un vaste débat s'est engagé sur les pesées d'intérêt qui sous-tendent un tel projet.

Comme l'ont noté plusieurs conseillers communaux du centre et de l'UDC, l'hydroélectrique reste une énergie propre. Les partenaires impliqués, Romande Energie et les Forces motrices valaisannes, sont des gens globalement évolués et sensibles aux besoins écologiques. Pour Benjamin Rudaz, qui fait partie des Verts favorables au projet, il faut noter que ce barrage sera le dernier possible dans le secteur. Le projet prend forcément en compte les contraintes imposées par l'Office fédéral de l'environnement.

Jean-Yves Pidoux a rappelé que des mesures de compensations étaient prévues en faveur de la biodiversité, même s'il a admis qu'elles auraient dû être plus détaillées dans le préavis municipal. Il assure en outre qu'une coordination est effective avec l'opération R3 de correction du Rhône.

Mais les mises en garde de Marie-Thérèse Sangra ont trouvé quelques échos. La Vert'libérale Graziella Schaller a rappelé qu'il y avait "beaucoup de signaux d'alarmes" et qu'il conviendrait plutôt d'inciter aux économies sur l'électricité. Même avis du PLR Guy Gaudard, pourtant électricien de profession, qui préconise d'en finir avec les débauches de lumières artificielles.

Enfin, Johann Dupuis, membre d'Ensemble à gauche et collaborateur scientifique à l’Office fédéral de l’environnement, a pointé le fait que la Suisse n'aurait bientôt plus de possibilité de construire des barrages au fil de l'eau. Pourquoi ne pas investir dans l'énergie renouvelable à l'étranger, là où il y a encore du potentiel, demande-t-il? Parce qu'il faut garantir l'autonomie du pays, répond l'UDC. Jean-Yves Pidoux a mis un point de suspension au débat relatant que la question du "patriotisme" énergétique était en effet "brûlante" à Berne où certains sont tentés de se tourner vers l'étranger pour le renouvelable. Le barrage devrait se faire malgré tout.

(24 heures)

Créé: 21.05.2019, 22h06

Articles en relation

Un barrage de 20 m veut éclairer 20 000 foyers

Basse plaine du Rhône Le projet de palier hydroélectrique Massongex-Bex-Rhône est à l’enquête. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.