Prudence réclamée pour les billes des stades de foot

SantéLes Conseils de Lutry et Pully ont accepté des postulats demandant de renoncer, par précaution sanitaire, au revêtement en pneus usagés.

Un terrain de foot (ici à Lutry) contiendrait l’équivalent de 23 000 pneus usagés réduits en microbilles.

Un terrain de foot (ici à Lutry) contiendrait l’équivalent de 23 000 pneus usagés réduits en microbilles. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les élus de Lavaux se penchent sur leurs pelouses synthétiques. Respectivement la semaine dernière et mercredi, les Conseils communaux de Lutry et de Pully ont accepté deux postulats sensiblement identiques «pour des terrains de jeu sûrs».

Les textes rebondissent sur une problématique soulevée récemment par l’émission Envoyé Spécial de France 2. Celle-ci pointait la nocivité des microbilles de pneus usagés qui composent le revêtement de nombreux terrains de football synthétiques. Ces dernières contiennent des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et seraient potentiellement cancérigènes, bien que les études ne soient pas unanimes à ce stade.

«La limite maximale de substances nocives dans les jouets est fixée à 0,5 mg par kilo par l’ordonnance du Département fédéral de l’intérieur. Or, les vieux pneus réduits en granulats et répandus sur les terrains synthétiques en contiennent 2000 fois plus», démarre Jean-Luc Duvoisin, conseiller PLR à Pully. «Même si ce n’est pas définitivement prouvé, le principe de précaution doit s’appliquer», ajoute Vincent Hofer, conseiller indépendant au sein du groupe Indépendants et Vert'libéraux de Lutry.

Ces derniers jours, les deux hommes sont donc parvenus à faire passer deux postulats en ce sens, même si les situations de leurs communes respectives diffèrent. À Lutry, Vincent Hofer demandait un moratoire de cinq ans sur l’installation de nouveaux terrains synthétiques en microbilles de pneus et prônait les alternatives inoffensives, comme le liège ou les fibres de coco. «Nous n’avons de toute façon pas la volonté de mettre en place un nouveau terrain», répond le municipal Charles Monod.

Le revêtement du stade actuel doit par contre être changé à l’horizon 2020. «Cette problématique est prise au sérieux et nous privilégierons l’option la plus durable et la moins néfaste. Nous souhaitons consulter les utilisateurs du FC Lutry et étudier toutes les possibilités.» Le remplacement du revêtement lutryen est budgété à 600 000 francs, la Municipalité entend donc affiner les coûts en fonction des différentes variantes.

À Pully par contre, le Conseil avait voté en avril 2017 le remplacement du terrain naturel par un deuxième terrain synthétique, justement recouvert de microbilles de pneus. Jean-Luc Duvoisin propose aujourd’hui de privilégier un revêtement plus sûr, pour ce nouveau stade comme pour tous les remplacements nécessaires à l’avenir. «La Municipalité a déjà pris ce problème en main car la toxicité éventuelle de cette matière nous préoccupe, assurait Lydia Masmejan, municipale des Sports, en plénum. La dangerosité n’est pas prouvée mais nous comptons respecter le principe de précaution.»

Plusieurs offres sont donc à l’étude, dont l’une proposant du liège naturel. À noter que la problématique a également été portée devant le Grand Conseil par le député de Lavaux Jean-François Chapuisat, sur la base de ces deux postulats. Il demande notamment au Conseil d’État de renseigner les députés sur le nombre de terrains de football vaudois concernés par ce revêtement et sur sa position par rapport à l’utilisation de ces microbilles. (24 heures)

Créé: 24.03.2018, 11h05

2000


Le revêtement en pneus contiendrait 2000 fois plus de substances nocives que la limite fixée pour les jouets.

Articles en relation

Certains terrains de foot synthétiques seraient cancérigènes

Football Un granulé à base de pneus broyés, utilisé pour le remplissage, regorge de billes noires potentiellement nocives. Il est peu à peu remplacé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Pro Infirmis aide à reconnaître les artistes handicapés. Paru le 24 avril 2018
(Image: Bénédicte) Plus...