Passer au contenu principal

Le quartier du Closalet divise le PLR d'Epalinges

Le parti approuve la demande d’un référendum contre le projet, sans se prononcer sur le fond.

Le Closalet sera dimensionné pour accueillir 165 logements. Le promoteur financera notamment la construction d’une passerelle couverte de mobilité douce enjambant la route de Berne.
Le Closalet sera dimensionné pour accueillir 165 logements. Le promoteur financera notamment la construction d’une passerelle couverte de mobilité douce enjambant la route de Berne.
IMAGES DE SYNTHESE/dr

Approuvé par le Conseil communal d’Epalinges fin septembre, le futur quartier du Closalet sera attaqué par un référendum, cela paraît certain. Les membres de l’Association pour un développement raisonnable d’Epalinges sont dans les starting-blocks et n’attendent que la publication officielle de la décision pour démarrer la récolte de signatures. Au sein de son comité militent deux élus PLR, Christian Terrier et Félix Schmidt. Mais leur activisme n’engage pas leur parti.

Les libéraux-radicaux d’Epalinges ont en effet publié une mise au point pour «clarifier la situation», dans un délicat exercice d’équilibrisme. La section est divisée sur le projet, admet son président, Enzo Santacroce. Tant et si bien qu’elle ne s’est positionnée ni pour, ni contre. «Nous comprenons les réticences que peut générer ce futur quartier et, vu l’enjeu important qu’il revêt pour la Commune et ses citoyens, il est souhaitable que ceux-ci puissent s’exprimer. D’autant que le vote au Conseil communal était serré: 37 oui, 30 non et 3 abstentions.» Le PLR n’appellera pas pour autant ses sympathisants à signer la feuille.

Dans le pipeline depuis des années

Dimensionné pour accueillir 365 habitants et 45 emplois sur 5 hectares à côté de la route de Berne, Le Closalet est dans le pipeline depuis des années, et a même été initié par une Municipalité à majorité de droite à l’époque. Le PLR ne devrait-il donc pas défendre bec et ongles ce projet? «Cet argument ne tient pas car, ces dix dernières années, il y a eu beaucoup de nouvelles constructions. Epalinges s’est beaucoup développé et les inquiétudes actuelles d’une partie de la population sont légitimes», relève Enzo Santacroce.

S’il y a des opposants et des partisans du futur lotissement dans chaque groupe politique, le PLR semble être le plus divisé de tous. Car les autres ont malgré tout arrêté une position officielle lors du vote de septembre. PS et Verts soutiennent ainsi le projet porté par leurs municipaux, tandis que l’UDC s’y oppose. Si le référendum aboutit, le vote aura sans doute lieu en 2018.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.