Tout un quartier industriel recyclé pour les start-up

RenensPour accueillir de l’artisanat de pointe, le bâtiment Mayer & Soutter doit sortir de l’abandon et un immeuble neuf est annoncé.

Les Ateliers de Renens abritent déjà une centaine d’emplois. Le site du Closel devrait à terme en compter 400 à 500.

Les Ateliers de Renens abritent déjà une centaine d’emplois. Le site du Closel devrait à terme en compter 400 à 500. Image: Architram

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le long de la rue de Lausanne, à Renens, se dresse la vieille carcasse d’un bâtiment à l’abandon. Ce sont les ateliers Mayer & Soutter, désespérément vides depuis que l’entreprise de reliure du même nom a fait faillite, en 2004. Il aura fallu du temps, mais le site est en passe de renaître, et il n’est pas question de détruire, mais de rénover. C’est que le bâtiment est recensé en tant que monument historique d’importance locale.

Dans ce quartier du Closel, un autre joyau industriel de la ville avait aussi pris l’eau. Les Imprimeries Réunies Lausanne ont mis la clé sous la porte en 2015, mais leurs locaux ont déjà été reconvertis pour abriter des dizaines de start-up, sous le label des Ateliers de Renens. À l’avenir, c’est l’ensemble du quartier qui se destine à accueillir de jeunes entreprises actives dans l’artisanat et l’industrie de pointe. Outre la rénovation des ateliers Mayer & Soutter, qui attend encore le feu vert des autorités cantonales, la construction d’un bâtiment neuf est aussi annoncée.

Ce projet d’immeuble, dont la mise à l’enquête s’est terminée le 23 septembre, a été dévoilé lors d’une séance publique au début du mois à Renens. Celui-ci succède à un autre projet présenté il y a un peu moins d’un an par le groupe Orllati. Face à une centaine d’oppositions, le promoteur a dû revoir sa copie. Le futur bâtiment fera donc 22 mètres au lieu de 47, perdant environ 10% de volume. Mais surtout, alors qu’il s’agissait à l’origine d’y aménager des bureaux, la Commune a imposé une condition au propriétaire: proposer exclusivement des locaux artisanaux.

Proximité des hautes écoles

«Nous avons voulu préserver ce site comme un pôle d’emploi. Des quartiers comme Malley vont accueillir beaucoup de logements, nous devons aussi être en capacité d’offrir des lieux pour une économie qui se développe», souligne le syndic, Jean-François Clément. Au Closel, la Commune affiche son intention de profiter de la proximité avec les hautes écoles, où sont nées certaines des jeunes pousses technologiques déjà installées sur le site.

Lors de la présentation publique du projet, une question fuse dans l’assistance: «Qu’est-ce qui peut s’installer dans ces bâtiments à part des start-up qui ne durent pas?» Un représentant de la Ville explique que les Ateliers de Renens sont entièrement remplis et accueillent une centaine de postes de travail. «À terme, les projections portent sur un total de 400 à 500 emplois sur l’ensemble du site», complète le syndic.

Reste que les start-up des Ateliers de Renens bénéficient de loyers très compétitifs. Ces locaux appartiennent en effet à CACIB SA, une société dont la Commune est actionnaire majoritaire et dont le but est de «permettre à des sociétés industrielles et artisanales de disposer de locaux à prix accessible afin de favoriser l’emploi» (voir encadré). Les conditions de location ne seront sans doute pas les mêmes dans le bâtiment Mayer & Soutter, qui appartient à un fonds d’investissement, ni dans l’immeuble Orllati. «Il y aura plutôt de l’artisanat fin, de l’horlogerie, des prothèses et de la mécanique de précision, plutôt que de l’industrie lourde», indique Sébastien Ohl, directeur du département exécution auprès d’Orllati Real Estate, qui précise que les loyers seront «au prix du marché».

«L’idée est que les entreprises qui se développent se déplacent des Ateliers de Renens vers les deux autres bâtiments afin de pouvoir rester sur le même site», avance Jean-François Clément. L’avenir dira si la Ville gagnera son pari de recycler l’ancien quartier industriel du Closel pour le faire entrer dans le XXIe siècle des start-up.

Créé: 24.09.2018, 07h26

Branle-bas pour une jeune pousse

La Ville de Renens se réjouit d’accueillir une start-up vaudoise qu’elle juge particulièrement prometteuse. Avec Airbus parmi ses clients, SWISSto12 fabrique des antennes de transmission pour le secteur aérospatial. Selon un préavis adopté lors de la dernière séance du Conseil communal, elle pourrait passer de 15 à 160 employés entre 2017 et 2022 et de 2 à 92 millions de chiffre d’affaires sur la même période.

Au terme de négociations avec la promotion économique de la Ville, il est prévu que la jeune pousse quitte le campus de l’EPFL cet automne pour s’installer à Renens, dans la zone artisanale des Baumettes. Mais avant les locaux qu’elle convoite doivent être acquis par CACIB SA, une société détenue à 60% par la Ville. C’est une des raisons invoquées par la Municipalité pour demander au Conseil communal l’octroi d’un cautionnement de 5 millions de francs en faveur de CACIB SA, le tout selon une «procédure d’urgence». Son enthousiasme a été entendu par les élus.

Articles en relation

Flambée de réactions contre une tour à Renens

Urbanisme Une dérogation est demandée à la commune pour bâtir un immeuble de 47 mètres. Une centaine de riverains fait bloc. Plus...

Les ambitions et déboires d’Orllati dans l’Ouest

Immobilier Le district concentre plusieurs des gros projets immobiliers de l’entrepreneur vaudois. Mais l’emblématique tour des Cèdres n’est pas seule à avoir de la peine à sortir de terre Plus...

L'esprit hackeur au service de l’innovation

Demain la Suisse Le partage du développement technique s’impose en modèle de créativité à Renens. UniverCité et le FabLab sont à la pointe. Plus...

Des biologistes alternatifs s’épanouissent à Renens

Science Leurs projets sont trop insolites pour le milieu académique. Qu’importe: ils les développent à l’espace UniverCité Plus...

Le laboratoire collaboratif de Renens a réussi son incubation

Innovation Espace d’échange et d’invention, UniverCité fête sa première année en présentant ses jeunes pousses. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.