Les quatre cogneurs du M1 échappent à la prison ferme

JusticeLes auteurs d’une violente agression gratuite sur trois jeunes dans le métro à la Bourdonnette en 2016 s’en tirent avec le sursis.

Le Tribunal correctionnel de Lausanne a rendu son verdict dans l'affaire de l'agression sur trois jeunes dans le M1 en 2016

Le Tribunal correctionnel de Lausanne a rendu son verdict dans l'affaire de l'agression sur trois jeunes dans le M1 en 2016 Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«La Cour est atterrée par la violence déployée. Vous faites partie de ces gens qui créent l’insécurité dans cette ville.» La dureté des propos du président du Tribunal correctionnel de Lausanne reflète mal la clémence du jugement rendu par cette Cour à l’encontre de quatre jeunes jugés pour une agression sur trois voyageurs dans le M1, un petit matin de septembre 2016.

Âgés d’une vingtaine d’années, ces garçons du quartier difficile de la Bourdonnette s’en tirent tous avec des peines assorties d’un plein sursis, de respectivement 12, 15, 18 et 20 mois, en fonction de quelques autres infractions jugées par ce même procès. De la prison, ils n’auront connu que les trois semaines de préventive suite à leur arrestation au lendemain des faits. À la sortie du tribunal, entourés de la dizaine de copains venus assister à la lecture du verdict, ils peinaient à réprimer un sourire.

Pour justifier ces sanctions, qui ne seront purgées qu’en cas de nouvelle condamnation durant la durée du sursis, le tribunal relève que trois des prévenus semblent désormais sur une bonne voie, dans la mesure où ils ont acquis ou sont en train de suivre avec succès une formation. L’absence d’antécédents graves, hormis pour l’un d’eux, a joué aussi en leur faveur. À une exception près: le plus jeune des quatre, celui qui s’en sort avec la peine la plus légère. Au RI depuis deux ans, délinquant alors qu’il était mineur, il fait l’objet d’une nouvelle enquête en cours.

Les excuses présentées aux victimes par les trois prévenus, qui ont admis les faits et qui se sont engagés à indemniser les victimes, ont aussi pesé favorablement dans la balance. La situation est un peu différente pour le quatrième. Il a soutenu en vain n’avoir pas participé à cette agression, qu’il aurait vue de loin.

Les faits s’étaient produits peu avant l’arrêt de la Bourdonnette. Ils avaient commencé par des moqueries et des insultes auxquelles les trois victimes, une étudiante, son frère et un copain, n’ont pas répondu. Puis sans raison, ils avaient reçu des coups. D’abord à l’intérieur de la rame, puis sur le quai de la station Bourdonnette. La jeune femme, rouée de coups de poing et de pied alors qu’elle était à terre, avait eu la mâchoire fracturée. (24 heures)

Créé: 10.10.2018, 20h57

Articles en relation

L'agression gratuite sur trois jeunes dans le M1 inquiète

Correctionnelle Le Tribunal de Lausanne juge depuis lundi quatre jeunes face à leurs victimes qui ne sont pas près d’oublier un petit matin de septembre 2016. Plus...

Femmes tabassées à Genève: trois hommes en garde à vue

France voisine La police de Haute-Savoie a interpellé trois hommes soupçonnés de l'agression survenue à la sortie d'une discothèque le 8 août à Genève. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.