Passer au contenu principal

A 100 ans, l’Eglise scientiste se redimensionne faute de fidèles

La communauté religieuse, qui croit à la guérison par la prière, espère vendre son lieu de culte

Le député Régis Courdesse, président du conseil exécutif de l'Eglise du Christ Scientiste de Lausanne, dans l'ancienne salle de culte, désaffectée depuis une dizaine d'années.
Le député Régis Courdesse, président du conseil exécutif de l'Eglise du Christ Scientiste de Lausanne, dans l'ancienne salle de culte, désaffectée depuis une dizaine d'années.
Vanessa Cardoso

Denise Melchner dit avoir eu conscience de sa première «guérison» alors qu’elle n’était encore qu’une enfant. «L’école m’avait renvoyée à la maison car j’avais la varicelle. Maman a alors prié pour moi. Le lendemain, j’étais guérie.» Membre de l’Eglise du Christ scientiste de Lausanne, cette retraitée croit à la guérison spirituelle, élément central de la doctrine de ce mouvement religieux né aux Etats-Unis à la fin du XIXe siècle. Peu connue ici, la communauté des scientistes chrétiens, à ne pas confondre avec les scientologues, fête cette année le centenaire de son implantation dans la capitale vaudoise. Elle bénéficie en Suisse du principe de la liberté de croyance.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.