Les élus d’Echallens accusent les TL d’amateurisme

GrogneLes conseillers communaux critiquent vertement la gestion des travaux de réfection de deux passages à niveau du LEB.

Un des deux passages à niveau refaits par le LEB cet été à Echallens en dont la facturation partielle à la Commune a donné lieu à des réactions virulentes.

Un des deux passages à niveau refaits par le LEB cet été à Echallens en dont la facturation partielle à la Commune a donné lieu à des réactions virulentes. Image: Sylvain Muller

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mercredi soir, les oreilles des responsables de la gestion du Lausanne-Echallens-Bercher ont dû siffler au moins aussi fort que leurs trains lorsqu’ils arrivent à un passage à niveau non gardé. Appelés à se pencher sur un crédit de 500 000 francs pour cofinancer la réfection de deux passages à niveau sur le territoire communal, les membres du Législatif challensois leur ont en effet administré à distance une volée de bois vert: «dossier sentant l’amateurisme et bricolé du début à la fin», «réponses à la limite du correct», ou encore «processus inacceptable».

«Et dire qu’on nous a vendu la reprise de la gestion du LEB par les TL en décembre 2013 comme une garantie de plus de professionnalisme», soupirait encore l’un d’eux à la sortie de la séance. La responsabilité de la Municipalité a toutefois également été pointée du doigt, «ne serait-ce que pour son manque de curiosité», a précisé un conseiller.

Le rapport de la commission chargée d’étudier le dossier recense une succession de couacs. Tout d’abord, après l’annonce de la nécessité d’effectuer les travaux, les TL n’auraient jamais fourni à la Municipalité les devis et le planning demandés. Les travaux auraient ensuite démarré sans que le municipal chargé du dossier n’en soit informé et quinze jours après qu’il se soit vu répondre qu’aucune date de démarrage n’était fixée.

En se penchant sur le devis finalement transmis, la commission a découvert que les prix mentionnés étaient hors taxes et que le montant demandé à la Commune ne correspondait donc pas à la réalité. Enfin, cerise sur le gâteau, la commission a découvert que la répartition à parts égales des coûts entre le LEB et la Commune ne reposait sur aucun document écrit, seule une «participation» de la Commune aux coûts étant évoquée dans la loi.

Bien conscients qu’ils n’avaient de toute manière pas le choix de payer, les conseillers ont quand même fini par adopter le crédit demandé. Non sans avoir modifié les conclusions du préavis, histoire d’être certains que les sommes nécessaires ne seront versées que sur présentation des factures justifiées. La Municipalité a également été priée d’adresser aux TL «un courrier de réprobation ferme».

Explications du LEB Informée de cette vague d’opprobre, la direction du LEB affirme qu’elle comprend la sensibilité du sujet dans les communes. «Nous réitérons notre volonté de travailler de concert et d’informer nos partenaires communaux sur les travaux et projets prévus sur la ligne et de les coordonner avec eux», transmet la porte-parole Valérie Maire. La compagnie reconnaît aussi avoir effectivement omis de donner suite à la demande de devis de la Commune.

Pour le reste, la porte-parole rappelle par exemple que la répartition des coûts correspond à celle admise et pratiquée par l’Office fédéral des transports. Des documents prouvent également que la Commune a été régulièrement informée de l’avance du projet. «Notamment en été 2016 par le biais d’un courrier annonçant le démarrage de ces travaux, l’enveloppe budgétaire globale, ainsi que la part à charge de la Commune. Puis en janvier et en juillet pour la première phase des travaux.»

Enfin, il semble que la commission n’ait pas été correctement informée de la situation, puisque ce n’est qu’une première partie des travaux qui a été réalisée cet été. «Le planning détaillé de la deuxième phase, celle de génie civil, prévue en 2018, sera établi conjointement avec la Commune, comme c’est habituellement le cas lors de travaux impactant le trafic et donc la vie de la population», promet la porte-parole.

Créé: 27.10.2017, 16h58

Articles en relation

Le Chablais, point noir des passages à niveau sur la carte de la Suisse

Mise aux normes Si les croisements les plus dangereux ont été assainis, Vaud fait figure de mauvais élève à l’échelle nationale avec 54 croisements encore à sécuriser. Trente-huit de ces cas sont chablaisiens. Plus...

«Nous ne sommes pas encore au top, mais la situation du LEB s’améliore»

Lausanne - Echallens - Bercher Financement, grogne des usagers, grands travaux à venir… Le président du conseil d’administration évoque les enjeux de la ligne. Plus...

Tous les passages à niveau des CFF ont été assainis

Danger Depuis fin 2014, il n'y a plus de traversée exploitée par les CFF qui ne soit pas aux normes, a indiqué mardi l'ex-régie dans un communiqué. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...