Passer au contenu principal

Un référendum menace l'avenir du Musée Bolo

La récolte de signatures démarrée lundi à Bussigny conteste la création du centre muséo-culturel prévu pour 2021.

«On n’a rien contre le Musée Bolo, mais ce projet tombe mal compte tenu de la situation», explique Michael Meyer, membre du comité référendaire qui conteste le crédit de 322 000 francs validé par le Conseil communal le 25 mai. Cette somme doit permettre d’organiser un concours architectural portant sur le futur centre muséo-culturel prévu dans le quartier Bussigny-Ouest.

Les opposants à ce complexe – destiné à abriter une salle polyvalente, un restaurant de 80 places ainsi qu’un écrin pour le musée de l’informatique installé sur le campus de l’EPFL – contestent surtout l’aspect financier du projet. Selon les référendaires, incluant une UDC et des Indépendants, il devrait en coûter plus de 300 000 francs par an à la commune, soit 1,5 point d’impôt, alors que l’entrée en vigueur de la RIE III et le départ prochain d’un important contribuable risquent de diminuer les rentrées fiscales. «Quelque 7 millions pour une salle et un restaurant: est-ce que ça ne devrait pas plutôt être du domaine privé? Il y a beaucoup d’investissements indispensables (collège, église, transports, garderie, etc.), il faut mettre les priorités là», insiste le président de la Commission des finances du Conseil.

«On a la chance d’avoir un embryon de musée qui peut être extrêmement porteur pour l’avenir!»

Un point de vue que ne partage pas la Municipalité, soucieuse d’éviter à Bussigny le sort d’une cité-dortoir. «Il faut proposer autre chose que le strict minimum au niveau des infrastructures», réagit la syndique, Claudine Wyssa. C’est d’ailleurs pour cette raison que le pôle muséo-culturel doit être érigé dans un quartier où 2500 nouveaux habitants sont attendus entre 2020 et 2030. Visant à animer la vie locale à Bussigny-Ouest, le centre culturel devrait, selon les plans de la Municipalité, aussi apporter une plus-value au reste de la commune. «On a plusieurs salles, mais aucune avec cette vocation», note l’élue. Sans oublier un rayonnement à plus large échelle avec un Musée Bolo nouvelle génération. «On a la chance d’avoir un embryon de musée qui peut être extrêmement porteur pour l’avenir!»

Transcendant la petite exposition de matériel informatique qu’il est, le musée proposerait ici une véritable expérience immersive et interactive autour de l’ère numérique. «Partout où le projet a été présenté, il y a un grand intérêt pour ces technologies qui ont pu, sont en train de et vont modifier notre société, notre rapport au monde et notre économie», confie François Marthaler, président de la Fondation Mémoires informatiques, qui gère le Musée Bolo. «On est en train de s’organiser pour faire passer notre message et surtout profiter de cette tribune pour expliquer le projet.»

Le débat sur le centre muséo-culturel est ainsi relancé. Les référendaires ont jusqu’au 10 juillet pour récolter environ 800 signatures.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.