La réforme surprise de la Police de l’Ouest fait jaser

SécuritéLes élus du district n’ont été avertis que peu avant la presse du projet de rapprocher la POL et la police cantonale. Les interpellations pleuvent.

Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Mais que fait la police?» En lançant cette interpellation à la Municipalité lors du dernier Conseil communal de Renens, le but de l’élue Verte Nathalie Jaccard n’était en rien d’épingler les agents qui patrouillent dans son district. Si la Police de l’Ouest lausannois (POL) suscite des interrogations, c’est suite à l’annonce surprise, le 28 juin dernier, d’un projet pilote de rapprochement opérationnel avec la police cantonale (PolCant). Au sein même du Conseil intercommunal, qui est l’organe délibérant de la POL, des élus s’irritent de n’avoir été informés que quelques heures à peine avant les médias.

L’interpellation de Nathalie Jaccard à Renens n’est ainsi pas la seule à épingler un manque de transparence. Au Conseil de Prilly, l’élu PLR Jean-Pierre Dupertuis a enfoncé le clou, demandant à la Municipalité pourquoi il n’y a pas eu de concertation avec les assemblées communales, dénonçant une politique du «fait accompli». L’élu PLR prilléran Pascal Delessert a, quant à lui, déposé une interpellation directement au Conseil intercommunal de la POL. Tout en saluant le projet sur le principe, il soulève plusieurs questions qui traduisent le manque d’informations qui a accompagné cette annonce. Au cœur des incertitudes liées à ce nouveau modèle, appelé «police intégrée décentralisée»: son coût, mais aussi ses conséquences sur le pouvoir de décision stratégique des communes de l’Ouest lausannois quant à la sécurité dans le district.

«Le Conseil intercommunal n’a pas à se prononcer sur une mesure qui est à 95% opérationnelle, estime Michel Farine, président du Comité directeur (CODIR) de la POL et municipal à Écublens. Il s’agit d’un projet pilote que nous allons tester pendant deux ans. Si au vu des résultats il y a une volonté de poursuivre, et si une adaptation du règlement de police intercommunal est nécessaire, il y aura une consultation du Conseil intercommunal.» Selon lui, le projet pilote n’aura aucun impact financier, ni aucune incidence en termes de prérogatives politiques. Il n’exclut toutefois pas que cela puisse être le cas si le concept est pérennisé: «C’est cette phase test qui pourra nous le dire.»

L’édile indique que le projet a été présenté pour la première fois fin mai à l’ensemble des membres du CODIR, qui rassemble les municipaux chargés de la sécurité des huit communes du district. Après leur validation, puis celle de la conseillère d’État Béatrice Métraux, les Municipalités dans leur ensemble ont été informées dix jours avant la presse. Les élus, eux, ont effectivement été informés à la dernière minute. Pourquoi si tard? «Si nous avions avisé tout le monde depuis le début, le projet n’aurait jamais abouti», estime Michel Farine, non sans glisser que la communication aurait pu être moins abrupte.

Le concept de police intégrée décentralisée devra rapprocher la POL et la PolCant au niveau opérationnel, même si les deux corps resteront distincts sur le plan administratif. Tandis que le poste de gendarmerie de Renens intégrera la POL, la POL intégrera les structures de commandement de la PolCant.

Créé: 01.10.2018, 17h15

Articles en relation

La Police de l'Ouest lausannois en opération séduction

Sécurité La POL dévoile ce lundi une vidéo réalisée avec l’aide des citoyens. Plus...

«La police coordonnée cloisonne la sécurité»

Stratégie Le rapprochement de la gendarmerie et la Police de l’Ouest pourrait bouleverser le modèle vaudois à neuf corps communaux. Béatrice Métraux réfute toute idée de police unique. Plus...

L’Ouest lausannois sera le cobaye d’une police unifiée

Sécurité Le district va tester une organisation mixant gendarmes et policiers. Le prélude à une refonte du système policier vaudois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.