Passer au contenu principal

Renens prime les créatifs qui boostent l’innovation

Le concours «Innovation by Design» a récompensé les concepteurs d'un stéthoscope intelligent et ceux d'un diffuseur de fumée anticambriolages.

Le pneumoscope, stéthoscope intelligent redessiné par les designers Tiago Neves et Alex Tran.
Le pneumoscope, stéthoscope intelligent redessiné par les designers Tiago Neves et Alex Tran.
PNEUMOSCOPE / TIAGO NEVES

Renens se positionne fermement comme un havre pour les designers et les start-up en soutenant une compétition annuelle dont le but est de faire dialoguer ces deux univers. Lancé en 2017 par la Haute École d’ingénierie et de gestion d’Yverdon (HEIG-VD) et par l’Écal, le challenge Innovation by Design a primé deux équipes composées de créatifs et d’innovateurs, le 19 novembre dernier, pour sa troisième édition.

Désignés ex aequo parmi cinq équipes participantes, les lauréats ont montré qu’ils pouvaient améliorer le design d’un produit en l’espace de quelques jours de collaboration. Les faveurs du jury, composé notamment du syndic de Renens, sont allées à Nebulo Systems, une start-up de l’EPFL qui a fait équipe avec deux designers, Salomé Doucet et Fernando Rivero, pour repenser un appareil qui dégage de la fumée afin de perturber les tentatives de cambriolage (voir la démonstration du système en vidéo ci-dessous).

Dans la seconde équipe gagnante, les designers Alex Tran et Tiago Neves Dias ont mis leurs compétences au service d’un projet des Hôpitaux universitaires de Genève. Ils ont redessiné un stéthoscope intelligent développé par une équipe de deux médecins et deux ingénieurs. L’appareil permet de capter le son de la respiration de patients et d’aider au diagnostic de maladies pulmonaires grâce à l’intelligence artificielle. «L’utilisation d’un stéthoscope classique demande la compétence d’un médecin pour analyser ces sons. Notre pneumoscope pourra être utilisé par des agents de santé qui n’ont pas cette expertise», explique Alexandre Perez, ingénieur et responsable technique du projet. À terme, l’appareil est destiné en particulier aux pays en développement, mais pourra aussi être utilisé en Suisse, en pharmacie.

«Cette reconnaissance montre aux entrepreneurs que les designers ont quelque chose à leur apporter»

«Nous avons développé un prototype purement fonctionnel, mais sans penser à l'interaction entre l’humain et la machine», détaille Alexandre Perez. C’est là que sont intervenus les designers. «Nous avons dû trouver des solutions pour que l’utilisation de l’appareil soit intuitive», explique Alex Tran.

Les créatifs ont donc modifié l’ergonomie de l’objet et ses matériaux pour rendre son contact plus chaleureux. Ils ont aussi intégré des voyants lumineux pour éviter que les soignants doivent briser le contact avec le patient pour consulter un moniteur. «Cette reconnaissance montre aux entrepreneurs que les designers ont quelque chose à leur apporter», se réjouit Alex Tran. Encore étudiant, il a partagé un prix de 8000 francs avec les autres lauréats. Une troisième équipe s’est partagée un prix de 3000 francs attribué par le public de la cérémonie.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.