Passer au contenu principal

Renouveau muséal et avenir de Rumine

Le Musée cantonal d’archéologie et d’histoire inaugure sa nouvelle mise en scène, avec un regard sur l’avenir du Palais de Rumine.

Le Musée cantonal d’archéologie et d’histoire renouvelle son exposition avec, notamment, une visite accompagnée sur le smartphone des visiteurs ou une tablette prêtée par l’institution.
Le Musée cantonal d’archéologie et d’histoire renouvelle son exposition avec, notamment, une visite accompagnée sur le smartphone des visiteurs ou une tablette prêtée par l’institution.
Vanessa Cardoso

Cela faisait une petite vingtaine d’années que le Musée cantonal d’archéologie et d’histoire (MCAH) présentait 15 000 ans d’histoire vaudoise selon la même formule. L’institution vient de remettre son exposition aux goûts du jour. Plusieurs nouveautés soulignent une certaine dynamique pouvant s’expliquer par les changements à venir au sein du Palais de Rumine, qui perdra deux importants locataires ces prochaines années.

Visite virtuelle

Inaugurée jeudi soir, la nouvelle exposition reprend en bonne partie les vitrines déjà connues. Depuis les sites paléolithiques jusqu’à notre histoire contemporaine, le parcours retrouve une chronologie continue. «Avant, il était interrompu par un trou temporel, que nous avons comblé», présente Lionel Pernet, directeur du MCAH. De nouvelles pièces sont apparues, comme cette vitrine dédiée aux objets ayant appartenu à Napoléon. Au fond des deux salles, deux gigantesques tirages photo de Thomas Bouvier donnent une perspective nouvelle à l’exposition.

La véritable nouveauté est toutefois virtuelle, puisqu’une application a été développée pour accompagner le visiteur, sur son smartphone ou sur une tablette mise à disposition par le musée. Sa particularité est qu’elle se lance directement sur le navigateur Internet de l’appareil, sans téléchargement, via le réseau wi-fi du musée. Il s’agit en réalité d’un site Internet qui permettra au visiteur, dès le mois prochain, de se localiser sur une carte de l’exposition. Des dates importantes de l’histoire vaudoise sont illustrées, commentées et bénéficient même de l’apport en vidéo d’historiens tels qu’Olivier Meuwly, Justin Favrod ou la conservatrice du musée, Claire Huguenin.

Incertitude

Enfin, un livre de 300 pages vient d’être édité dans le but de dévoiler une partie de la riche collection du MCAH, sous le titre «Révéler les invisibles».

Le directeur du musée ne s’en cache pas, les nouveautés mises en place tiennent compte «de la redéfinition prochaine» du paysage muséal lausannois. Le Palais de Rumine perdra les députés qui, cette année, devraient rejoindre le site du parlement reconstruit à la Cité. Et, en 2018, le Musée des beaux-arts s’en ira dans le nouveau pôle de la gare, Plateforme 10.

La question de ce que deviendra le Palais de Rumine, propriété lausannoise occupée par le Canton, se pose depuis le lancement du projet de la gare. Une étude est en cours dans les services cantonaux. «Nous devons étudier le bâtiment afin de voir ce qui doit être actualisé sur le plan de la sécurité ou des questions énergétiques, et de déterminer les besoins de la bibliothèque et des musées en place», dit Nicole Minder, cheffe du Service des affaires culturelles.

Pour elle, il ne s’agira pas simplement le redistribuer les mètres carrés libérés, mais d’élaborer un centre pluridisciplinaire, entre la bibliothèque universitaire, l’archéologie, les monnaies et la zoologie. «J’espère vraiment pouvoir développer ce pôle historique et scientifique fort au centre de Lausanne», dit Nicole Minder. L’opération aura un coût variable en fonction des scénarios retenus par les politiques.

L’ambition est là mais le ministre vaudois des Finances tempère: «Cela ne sert à rien d’aller trop vite, dit Pascal Broulis. C’est un bâtiment complexe et il s’agira de trouver des financements.» Il rappelle que «quelques millions» sont déjà bloqués pour l’enveloppe du bâtiment, qui a besoin d’être nettoyée et isolée. La question sera débattue par les élus de la prochaine législature.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.