Lorsque rire permet de créer du lien et améliore la santé

Bien-êtreLe yoga du rire a un impact bien réel sur le bien-être. Pro Senectute cherche des bénévoles pour étendre son offre. Reportage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Ho ho, ha, ha, ha», c’est par cet exercice que commence le cours bimensuel de yoga du rire dispensé à Prilly par Pro Senectute Vaud. Si ce crie de ralliement paraît un peu forcé, la suite des exercices amène réellement les participants à se bidonner. Ce jour-là, six femmes âgées de plus de 60 ans sont venues détendre leurs zygomatiques en suivant les consignes de l’animatrice Natascha Sciuscio Montagna. «Nous avons commencé ces «rendez-vous pour rire» en 2004, explique-t-elle. Ils permettent aux personnes âgées de créer un véritable lien social.» Une activité que l’organisation cherche à développer au niveau vaudois, raison pour laquelle elle lance une campagne de recrutement de bénévoles.

Vrais fous rires

Les élèves venues participer au rendez-vous de vendredi dernier ne se connaissaient pas avant de pousser pour la première fois la porte de cet immeuble de Prilly, mais semblent aujourd’hui particulièrement complices. Elles se plient volontiers aux différents exercices proposés par l’animatrice. Taper dans les mains, se saluer par un rire plutôt que par la parole, inspirer et lâcher les zygomatiques à l’expiration en font partie. Le plus étonnant, c’est que les fous rires, les vrais, sont de plus en plus difficiles à contenir au fur et à mesure que le cours avance. «Les effets du rire sur la santé sont les mêmes, qu’il soit spontané ou commandé, poursuit l’animatrice. Si le fitness permet d’entretenir sa ligne, le yoga du rire permet d’entretenir sa joie de vivre.» Détente, amélioration du sommeil, lâcher prise sont autant d’effets bénéfiques ressentis par les apprentis rieurs.

Joie de vivre retrouvée

Et ce n’est pas Hélène Bubloz, 87 ans, qui dira le contraire: «Je participe à ces cours depuis le début, en 2004. Tout me plaît. Non seulement, j’y fais des rencontres, mais en plus je me sens particulièrement détendue après et je dors très bien.» Pour Micheline Cordey, 66 ans, ces rendez-vous bimensuels lui ont permis de surmonter une période particulièrement difficile: «Je sors de trois années de galère pendant lesquelles je ne riais plus. Ces cours m’ont permis de recommencer. Désormais, je rigole pour un rien, même seule chez moi.» Guy De Viron, futur animateur explique: «Nous sommes habitués à ce que le bonheur provienne de facteurs extérieurs, avec cette technique on va le chercher à l’intérieur de soi.»

La séance se termine par un goûter qui permet aux participants de discuter librement, car parler n’est pas autorisé pendant le cours. Le yoga du rire, c’est tout de même quelque chose de sérieux!

Pro Senectute Vaud: Séance d’information pour futurs animateurs, le 6 juin à 10 h à l’Espace Riponne. Prochain rendez-vous du rire, le 29 mai à Prilly, 5 fr. les 45 minutes, goûter inclus. (24 heures)

Créé: 15.05.2015, 15h59

De l'UNIL aux entreprises

Les clubs de Yoga du rire sont nombreux dans la région. Certains proposent des cours hebdomadaires, d’autres se contentent de cours une fois par mois. La tranche d’âge des participants est très large, elle va de 20 à 80 ans, selon les clubs. Le prix d’un cours oscille entre 3 et 5 francs et l’inscription préalable n’est pas exigée. A l’Université de Lausanne, les étudiants peuvent suivre gratuitement plusieurs séances tout au long de l’année académique. «Elles ont beaucoup de succès et permettent de lutter efficacement contre le stress, explique Virginie Salamin-Mani, infirmière au bureau Accueil santé de l’université. Mais pour que cela soit efficace, il faut y participer régulièrement.» Un avis partagé par Brigitte Dyens qui anime des cours à Yverdon depuis 2008: «Lorsqu’on le pratique régulièrement, le yoga du rire a de réelles vertus pour la santé.» Alessandra Parente donne des cours à Vevey chaque semaine, mais anime également des ateliers en entreprises pour renforcer le «team building», ainsi que des cours en milieu scolaire pour les 8-12 ans. Quant à Gabrielle Pignolet, du club lausannois, elle se rend notamment dans des EMS.

pour les adresses des clubs romands

Articles en relation

«Je me suis découvert faisant rire!»

Portrait Mathieu Van Berchem, comédien. Plus...

Comment les jeunes de l’équipe d’impro des Taguenets font rire une salle

Labo24 Ils sont 17 jeunes, plein d’énergie et de vivacité, en apprentissage ou aux études, fêtards ou studieux, mais avec une passion commune: l’improvisation théâtrale Plus...

Avoir un fou rire n'est pas mauvais pour les jeunes

Radio Saviez-vous qu'à chaque fou rire, vous ajoutez quelque minute de vie en plus? Écoutez les nouveautés insolites pour prolonger la vôtre! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.