Passer au contenu principal

«La Romandie a tout à gagner au maintien de deux facultés de théologie»

Pour Jörg Stolz, professeur de sociologie à l'UNIL, les facultés de Lausanne et Genève ne sont pas en concurrence. Bien au contraire.

Jörg Stolz
Jörg Stolz
FRANCESCA PALAZZI - A

Le professeur de sociologie des religions, Jörg Stolz, entame sa troisième année comme doyen de la Faculté de théologie et de sciences des religions de Lausanne. Il nous a accueillis pour parler de l’avenir de la théologie dans un paysage académique en mutation.

– Jörg Stolz, nous vivons une période de changements en ce qui concerne l’enseignement de la théologie en Suisse romande. Quel est l’avenir de la faculté de Lausanne dans ce contexte?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.