Roue de secours coûteuse au Palais de Beaulieu

LausanneLa Fondation de Beaulieu va investir quelque 200'000 francs dans un pavillon qui sera utilisé pendant une année

Le pavillon provisoire dans les jardins de Beaulieu.

Le pavillon provisoire dans les jardins de Beaulieu. Image: MARIUS AFFOLTER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Fondation de Beaulieu jette-t-elle l’argent par les fenêtres? C’est ce qu’ont cru certains en apprenant qu’elle allait investir près de 200'000 francs dans une structure qui ne sera utilisée qu’une année. La vérité est à la fois plus complexe et moins scandaleuse.

La structure en question est le gros pavillon gris qui trône depuis quelques semaines au milieu des jardins du Palais de Beaulieu. Un bâtiment bien connu des visiteurs du salon Habitat-Jardin, puisqu’il est installé chaque année pour cette manifestation. La perspective des importants travaux, qui vont démarrer prochainement dans le bâtiment central du Palais de Beaulieu, a donné aux responsables l’idée d’utiliser ce pavillon pour accueillir les différents participants aux congrès et autres conférences durant l’année à venir. La chose semblait simple, puisque le pavillon était déjà installé et qu’il suffisait de procéder à quelques adaptations et de transporter du mobilier sur une centaine de mètres.

Elle s’est toutefois compliquée lorsque le Canton a constaté que le bâtiment était chauffé à l’électricité, précisant que ce qui est tolérable pour une utilisation temporaire ne l’est pas pour une utilisation de longue durée. «Nous avons donc dû chercher une solution et avons finalement opté pour l’installation d’une pompe à chaleur. Mais cela a malheureusement fait grimper l’addition», explique Nicolas Gigandet, directeur général de la Fondation de Beaulieu.

Le coût total de l’opération atteindra donc effectivement quelque 200 000 francs. Mais les responsables estiment que le jeu en vaut la chandelle: «Nous disposerons ainsi d’une solution transitoire qui nous permettra de continuer à faire vivre le site durant cette période perturbée par les travaux», se réjouit le directeur.

La somme ne fera d’ailleurs pas l’objet d’une demande particulière aux collectivités. «Elle sera prise sur le roulement normal de la Fondation et devrait être principalement remboursée par les locations facturées aux futurs utilisateurs», explique Nicolas Gigandet. À ce propos, le syndic de Lausanne, Grégoire Junod, confirme que le pavillon est d’ores et déjà réservé pour plusieurs jours et que des options existent pour une dizaine d’autres événements. Et ce n’est pas tout: «Il faut encore retirer du montant les frais de démontage et de remontage du pavillon, qui auraient été facturés à Habitat-Jardin si nous ne l’utilisions pas entre les deux éditions», rappelle Nicolas Gigandet

Créé: 23.04.2019, 22h00

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.