La Santé quinte contre l'e-clope café au Flon

LausanneDe la Ligue vaudoise contre le cancer à la Policlinique médicale universitaire, les milieux de la santé s'opposent au projet de Philip Morris

Panneaux publicitaires sur les fenêtres pour le futur e-cigarette café, place de l'Europe  à Lausanne

Panneaux publicitaires sur les fenêtres pour le futur e-cigarette café, place de l'Europe à Lausanne Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le projet de Philip Morris International (PMI) d’ouvrir un «Flagship Store» (ndlr: un vaisseau amiral) au Flon, un café-restaurant doublé d’une boutique qui commercialisera le système de «tabac chauffé» iQOS du géant américain, n’en finit pas de faire tousser (24 heures du 24 septembre). Après le Parti socialiste vaudois, qui s’en est déjà inquiété auprès du Conseil d’Etat par la voix de sa députée Fabienne Freymond Cantone, c’est au tour des milieux de la santé de quinter sérieusement.

Alors que l’e-clope café de Philip Morris occupait les débats du Conseil communal de Lausanne ce mardi soir, la Municipalité a informé que ce projet avait suscité une opposition collective de poids: celle initiée par la Ligue pulmonaire vaudoise, et signée par la Ligue vaudoise contre le cancer, la Policlinique médicale universitaire, les Ligues de la santé, le responsable du service de pneumologie du CHUV et par le Groupement des pneumologues vaudois! La Ligue pulmonaire motive son opposition par trois éléments. «Tout d’abord, il y a la loi sur les produits de réclame qui, lorsqu’il s’agit du tabac, ne doivent pas être visibles par le public, que la réclame soit installée sur le domaine privé ou public», explique le porte-parole Grégoire Vittoz. Deuxième élément: la loi sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics. «Nous attendons que Philip Morris prouve, et par des études indépendantes, que son produit ne produit pas de combustion. En attendant, et à nos yeux, le système IQOS doit être assimilé à un produit de tabac.» La dernière motivation de la Ligue pulmonaire vaudoise pour s’opposer à l’e-clope café du Flon est sociétale. «Nous avions cru que l’IQOS servirait uniquement à faire diminuer la consommation de tabac à des fumeurs adultes, mais en installant cette boutique au Flon, c’est un très mauvais message pour un public jeune. De la provocation? Non: c’est juste du très bon marketing.»

Une résolution a été votée

Le professeur Laurent Nicod est une sommité. Il est le chef du service de pneumologie du CHUV et le vice-président de la Ligue pulmonaire vaudoise. Il est l’un des six signataires de l’opposition. «C’est un scandale! Le produit de Philip Morris n’est qu’un succédané du tabac, et aucune étude à ce jour n’a été publiée affirmant qu’il serait moins nocif que la cigarette. Il est pareillement addictif. La volonté est de rendre le geste banal et attractif avec un appareil doté de nouvelles technologies», estime le professeur. Il ajoute: «N’importe qui pourra entrer ou sortir de cet établissement qui ne sera pas clos. Pour moi, il sera donc public. L’autoriser, c’est offrir une publicité extraordinaire à des produits potentiellement addictifs. Et ce n’est pas normal d’ainsi exposer la population.»

Dans la même séance du Conseil communal, les élus lausannois ont voté une résolution à la majorité. Elle demande à la Municipalité d’entamer des discussions avec le géant américain du tabac pour qu’il s’engage notamment à limiter la publicité de ses produits du tabac depuis le domaine public. «Il ne faut pas se faire d’illusions sur la portée de telles discussions», a malgré tout averti le municipal Pierre-Antoine Hildbrand en charge de la police du commerce.

Philip Morris International prévoit l’ouverture de son établissement désormais controversé en 2017. C’est d’ailleurs déjà affiché sur les murs. La multinationale informe avoir pris connaissance des préoccupations exprimées par les auteurs de l’opposition, mais elle estime qu’elles sont infondées. «Cette ouverture est une opportunité plutôt qu’une menace pour la santé publique. Les activités liées à la boutique sont légales. Notre Flagship Store contribuera à sensibiliser les fumeurs adultes, qui auraient continué à fumer des cigarettes, à une alternative potentiellement moins nocive», confie Julian Pidoux, porte-parole de PMI. Le géant américain se dit ouvert à une discussion avec les autorités, ainsi qu’avec les auteurs de l’opposition. Il assure encore que le design de sa boutique, y compris le fait de tester le produit, seront eux aussi «conformes à la réglementation en vigueur». Quant aux accusations sur l’absence d’études concernant son système IQOS, PMI affirme disposer de preuves scientifiques «robustes», corroborées par des experts internationaux, quant à l’absence de combustion et la nature de la vapeur de tabac. (24 heures)

Créé: 16.11.2016, 17h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.